2019:B09 – Prochaine phase des consultations sur les pratiques d’embauche et la taille des classes

Texte de la note

Le Ministère transmet aux associations de conseils scolaires et aux syndicats du secteur de l’éducation deux guides de consultation portant respectivement sur les pratiques d’embauche et l’effectif des classes. Ces guides sont conçus pour renseigner les intervenants sur le plan du gouvernement concernant ces questions et pour les aider à rédiger leurs observations. « Le gouvernement accorde de l’importance aux observations des intervenants. » Les commentaires doivent parvenir au Ministère au plus tard le 31 mai 2019.

« En outre, le Ministère serait heureux de continuer le dialogue avec ses partenaires du secteur […] au sujet des changements prévus énumérés dans les guides. »

La ministre de l’Éducation dévoile la vision du gouvernement en matière d’éducation

Texte du communiqué du 15 mars 2019

La ministre de l’Éducation a présenté aujourd’hui la nouvelle vision du gouvernement en matière d’éducation, L’éducation à l’œuvre pour vous. Voici un sommaire des documents d’information qui s’y rattachent.

REMARQUE : Pour voir comment la sous-ministre a présenté cette nouvelle vision aux conseils scolaires, veuillez consulter notre sommaire de la note de service 2019:B08.

Modernisation des salles de classe

Technologie (bande passante)

L’ensemble des élèves et du personnel enseignant de l’Ontario auront accès à des services Internet fiables, rapides, sécuritaires et abordables à l’école, à raison d’un mégabit par seconde par élève, dans toutes les régions de la province. Ce projet sera terminé d’ici l’année scolaire 2021-2022. Les besoins de chaque école seront examinés et des solutions techniques individuelles seront mises en œuvre.

Apprentissage électronique

À compter de l’année scolaire 2020‑2021, le Ministère centralisera la prestation de tous les cours d’apprentissage en ligne afin de permettre aux élèves d’accéder plus facilement aux possibilités et aux programmes éducatifs, quel que soit l’endroit où ils vivent en Ontario.

Les élèves du secondaire devront obtenir au moins quatre crédits d’apprentissage électronique sur les 30 crédits qui sont nécessaires pour répondre aux exigences d’obtention du Diplôme d’études secondaires de l’Ontario. Cela équivaut à un crédit par année, avec des exemptions pour certains élèves sur une base individuelle. Ces changements seront mis en place progressivement, à partir de l’année scolaire 2020‑2021.

Grâce à ces modernisations, la subvention pour l’amélioration des programmes au palier secondaire ne sera plus nécessaire.

Téléphones cellulaires

L’utilisation des téléphones cellulaires dans les écoles pendant les heures d’enseignement sera interdite à compter de septembre 2019. Elle sera toutefois permise à des fins éducatives (selon les directives du personnel enseignant), pour des raisons de santé et médicales, et pour aider les élèves ayant des besoins particuliers. Les conseils scolaires et les groupes d’intervenants seront consultés pour s’assurer que les élèves et les parents connaissent bien les nouvelles lignes directrices, y compris les exceptions. Le Code de conduite provincial sera mis à jour pour refléter ce changement.

Effectif des classes

Le Ministère conservera le cadre actuel relatif au plafond de l’effectif des classes en ce qui concerne les élèves de la maternelle à la 3e année.

Les changements proposés pour l’année scolaire 2019‑2020 sont les suivants :

  • Intermédiaire (de la 4à la 8e année) – Les conseils scolaires seront tenus de maintenir un effectif moyen des classes à l’échelle du conseil à 24,5 élèves ou moins, tandis que l’effectif moyen financé augmentera légèrement, passant de 23,84 à 24,5 élèves. Cela permettra « d’uniformiser le financement ainsi que l’effectif des classes dans l’ensemble de la province, étant donné qu’il y a toujours eu des variations pour ces années d’études ».
  • Secondaire (de la 9à la 12e année) – L’effectif moyen des classes passera de 22 à 28 élèves afin d’harmoniser l’effectif des classes du secondaire avec celui des autres provinces et territoires. Les conseils scolaires seront tenus de maintenir l’effectif moyen des classes à l’échelle du conseil à 28 élèves ou moins et l’effectif moyen financé sera porté à 28 élèves pour appuyer ce changement. Le financement pour le fonctionnement des écoles sera rajusté en conséquence.

Ces changements seront mis en œuvre progressivement, grâce à la protection contre l’attrition. « Pour offrir une certitude aux familles, au personnel et aux conseils scolaires […], le gouvernement entend procéder aux prochaines étapes, incluant toute législation nécessaire, à temps pour la prochaine année scolaire. »

Pratiques d’embauche

« L’objectif du gouvernement est de travailler avec ses partenaires du secteur de l’éducation afin d’améliorer la mobilité du personnel enseignant tout en augmentant la transparence, l’équité, l’uniformité et l’obligation de rendre des comptes pour ce qui est de l’embauche du personnel enseignant dans tous les conseils scolaires. »

Subventions pour les besoins des élèves (SBE)

« Les SBE pour l’année scolaire 2019‑2020 refléteront de modestes changements axés sur la prestation des ressources nécessaires pour appuyer les résultats des élèves et un modèle de financement durable qui porteront leurs fruits pendant plusieurs années. »

  • Fonds pour les priorités locales – La question de savoir si le financement de la dotation sera prolongé est assujettie au processus central de négociation collective à venir. Les augmentations salariales seront maintenues ainsi que le financement des directions d’école et des directions adjointes. Ce financement ne devrait pas prendre fin avant le 31 août 2020.
  • Allocation au titre du volet Ajustement des coûts –Étant donné que les conseils scolaires disposent d’autres subventions pour répondre à leurs besoins en dotation, ce montant sera supprimé pour l’année scolaire 2019‑2020.
  • Supplément de transition des ressources humaines – Ce supplément sera supprimé pour l’année scolaire 2019-2020.
  • Facteurs de capacité d’accueil des salles de classe – Pour tenir compte des changements proposés à l’effectif des classes au secondaire, les facteurs qui déterminent le financement pour le fonctionnement des installations scolaires seront rajustés.
  • Financement pour les services publics – Comme par les années passées, le financement sera augmenté pour couvrir les coûts accrus associés au chauffage et à l’éclairage des installations scolaires.
  • Financement du transport scolaire – Le financement sera augmenté pour couvrir les coûts plus élevés associés au transport scolaire. De plus, des soutiens financiers supplémentaires sont prévus pour les conseils scolaires qui exploitent des services de transport efficaces, mais pour lesquels les coûts du transport scolaire dépassent le financement prévu à cette fin. Le Ministère a l’intention d’entreprendre un examen de la formule de financement du transport scolaire afin de mettre en place un système plus efficace et responsable en Ontario.

Modernisation de l’apprentissage

Mathématiques

Le Ministère mettra en œuvre une nouvelle stratégie sur les mathématiques, qui propose l’intégration sur quatre ans d’un nouveau programme-cadre de mathématiques pour tous les élèves, à chaque année d’études. Ce programme « mettra l’accent sur les concepts et les compétences de base ». Ses premiers éléments seront disponibles en septembre 2019.

Le gouvernement a déposé un projet de loi qui obligerait les nouveaux membres du personnel enseignant à se soumettre à un test de connaissances en mathématiques avant de pouvoir diriger une classe à titre de professionnels. D’ici le printemps de 2020, il deviendrait obligatoire de réussir le test pour recevoir l’agrément de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario. Le gouvernement financera des cours de qualification additionnelle en mathématiques pour les enseignantes et les enseignants qui font déjà partie du système.

Disciplines STIM

Le gouvernement propose une nouvelle stratégie en matière d’apprentissage des disciplines STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) de la maternelle à la 12e année. La première étape sera de procéder à la révision immédiate du cours obligatoire d’exploration de carrière de 10e année, afin d’y ajouter un volet sur la nature changeante du travail, sur le rôle des compétences transférables et sur l’importance des disciplines STIM dans les industries clés à forte croissance. Ce cours sera publié vers la fin du mois de mai et intégré au curriculum en septembre 2019.

La stratégie comprendra une révision des programmes-cadres d’affaires et commerce et d’études informatiques, qui seront désormais axés sur le développement de compétences professionnelles, notamment l’entrepreneuriat, la pensée informatique et le codage. En 2019-2020, le Ministère entamera des recherches et des analyses comparatives avec les programmes d’études d’autres provinces et territoires, dont les résultats serviront de base pour la révision de ces programmes-cadres.

Métiers spécialisés

« Le ministère de l’Éducation travaillera en étroite collaboration avec le ministère de la Formation et des Collèges et Universités en vue de sensibiliser les élèves et leurs parents aux métiers spécialisés, à la technologie et à la formation par l’apprentissage ainsi que de promouvoir les cheminements de carrière vers ces secteurs en demande. »

Littératie financière

La littératie financière deviendra une composante importante de l’enseignement obligatoire du cours révisé d’exploration de carrière de 10e année, qui sera publié vers la fin du mois de mai et intégré au curriculum en septembre 2019. Elle sera également un point d’intérêt dans le programme-cadre de mathématiques révisé qui sera intégré graduellement pour toutes les années d’études.

Éducation autochtone

Une version révisée du programme-cadre d’Études des Premières Nations, des Métis et des Inuits de la 9e à la 12e année sera publiée vers la fin du mois de mai et intégrée au curriculum en septembre 2019. Le Ministère poursuivra sa collaboration avec les partenaires autochtones afin de développer une approche qui mènera à une révision plus approfondie de ce thème dans l’ensemble des matières, des années d’études et des cours du curriculum.

Curriculum numérique

Une nouvelle plateforme numérique sera mise en place et permettra aux membres du personnel enseignant, aux parents et aux élèves d’avoir accès aux programmes-cadres et aux ressources d’apprentissage de manière conviviale et compatible avec les appareils mobiles. La première phase de cette nouvelle plateforme sera lancée en septembre 2019.

Modernisation du programme-cadre d’éducation physique et santé

Le nouveau programme-cadre qui sera enseigné au palier élémentaire sera publié vers la fin du mois de mai et sera mis en œuvre en septembre 2019. Jusqu’à la fin de l’année scolaire 2018-2019, le personnel enseignant continuera de se servir du programme-cadre de 2018 et des ressources adaptées à l’âge des élèves et fera preuve de jugement professionnel pour enseigner cette matière en classe.

Le Ministère travaille actuellement avec Santé mentale en milieu scolaire Ontario (anciennement l’Équipe d’appui pour la santé mentale dans les écoles) pour améliorer l’enseignement de la santé mentale dans le programme-cadre.

Changements au cycle primaire (de la 1re à la 3e année)

Les élèves commenceront à acquérir des connaissances et des compétences liées à des concepts importants qui favorisent leur santé mentale, notamment la résilience, de bonnes habitudes alimentaires, leur sécurité personnelle (notamment les commotions cérébrales) et des comportements de bienveillance, dont la prévention de l’intimidation. Ils apprendront aussi le nom exact des parties du corps, incluant les organes génitaux (1re année).

Les élèves commenceront aussi à acquérir des connaissances et des compétences à l’égard de sujets importants comme l’image corporelle positive, le consentement, la famille et les relations saines ainsi que la sécurité en ligne.

Changements au cycle moyen (de la 4e à la 6e année)

En plus de poursuivre l’apprentissage des sujets abordés au cycle primaire, les élèves commenceront à acquérir des connaissances et des compétences à l’égard de sujets importants tels que la consommation de drogues, les dépendances et les comportements qui y sont liés. C’est à ce stade-ci que seront présentées de nouvelles informations sur le cannabis et les risques considérables associés aux opioïdes (6e année).

La puberté, la reproduction sexuelle (5e année) et l’orientation sexuelle (5e et 6e année) sont d’autres sujets qui seront abordés.

Changements au cycle intermédiaire (7e et 8e année)

En plus de poursuivre l’apprentissage des sujets abordés au cycle moyen, les élèves commenceront à acquérir des connaissances et des compétences à l’égard de sujets importants tels que l’abstinence, le sextage, la contraception, la tolérance et le respect, les rapports sexuels et les infections transmissibles sexuellement. Au cours du second semestre de la 8e année, ils apprendront ce qu’est l’identité de genre et l’expression de genre.

Politique relative au retrait

Afin d’assurer le respect des parents, le Ministère offrira à compter de 2019‑2020 une politique d’exemption semblable à celles mises en œuvre dans d’autres administrations.

Modules en ligne

Il offrira également des modules en ligne à l’intention des parents qui souhaitent aborder à la maison divers sujets liés à ce curriculum, une fois leur enfant prêt à les aborder.

2019:B08 – Nouvelle vision de l’éducation

Texte de la note

La sous-ministre donne aux conseils scolaires un aperçu de la nouvelle vision du gouvernement en matière d’éducation, L’éducation à l’œuvre pour vous, et de ses éléments clés.

REMARQUE : Pour voir comment la ministre a présenté cette nouvelle vision au public dans un communiqué et les documents d’information qui l’accompagnent, veuillez consulter La ministre de l’Éducation dévoile la vision du gouvernement en matière d’éducation.

Effectif des classes

  • Maternelle et jardin d’enfants – Aucun changement n’est proposé en ce qui concerne les plafonds ou les exigences relatives à l’effectif moyen des classes. L’effectif moyen financé demeurerait au niveau actuel de 25,57 élèves, et le nombre financé d’éducatrices et d’éducateurs de la petite enfance inscrits (EPEI) passera de 1,14 à 1,0, ce qui ne changera pas le ratio EPEI-élèves. Le Ministère offrira de nouveaux fonds pour aider à couvrir les coûts de suppléance des EPEI.
  • Primaire (de la 1re à la 3e année) – Aucun changement n’est proposé en ce qui concerne les plafonds ou les exigences relatives à l’effectif moyen des classes.
  • Intermédiaire (de la 4à la 8e année) – Les conseils scolaires seront tenus de maintenir un effectif moyen des classes à l’échelle du conseil à 24,5 élèves ou moins, tandis que l’effectif moyen financé augmentera légèrement, passant de 23,84 à 24,5 élèves. Cela permettra « d’uniformiser le financement ainsi que l’effectif des classes dans l’ensemble de la province, étant donné qu’il y a toujours eu des variations pour ces années d’études ».
  • Secondaire (de la 9à la 12e année) – L’effectif moyen des classes passera de 22 à 28 élèves afin d’harmoniser l’effectif des classes du secondaire avec celui des autres provinces et territoires. Les conseils scolaires seront tenus de maintenir l’effectif moyen des classes à l’échelle du conseil à 28 élèves ou moins, et l’effectif moyen financé sera porté à 28 élèves pour appuyer ce changement. Le financement pour le fonctionnement des écoles sera rajusté en conséquence.

La consultation se poursuivra jusqu’au 31 mai 2019. Pour offrir une certitude aux familles, au personnel et aux conseils scolaires, le gouvernement entend procéder aux prochaines étapes, incluant toute législation nécessaire, à temps pour la prochaine année scolaire.

Apprentissage électronique

À compter de l’année scolaire 2020‑2021, le Ministère centralisera la prestation de tous les cours d’apprentissage en ligne afin de permettre aux élèves d’accéder plus facilement aux possibilités et aux programmes éducatifs, quel que soit l’endroit où ils vivent en Ontario. L’effectif moyen des classes serait rajusté à 35 élèves.

Les élèves du secondaire devront obtenir au moins quatre crédits d’apprentissage électronique sur les 30 crédits qui sont nécessaires pour répondre aux exigences d’obtention du Diplôme d’études secondaires de l’Ontario. Cela équivaut à un crédit par année, avec des exemptions pour certains élèves sur une base individuelle. Ce changement sera mis en place progressivement, à partir de 2020‑2021.

Grâce à ces modernisations, la somme allouée par élève au palier secondaire au titre de la Subvention de base pour les élèves ne sera plus versée à compter de septembre 2019.

Protection contre l’attrition

Le Ministère accordera une nouvelle allocation pour compléter les besoins des conseils scolaires lorsque la réduction du nombre d’enseignantes et d’enseignants financés dépassera les taux réels de l’attrition (départs à la retraite et départs volontaires). Les conseils pourront ainsi éviter de licencier du personnel enseignant en raison des modifications proposées à l’effectif des classes. Cette protection sera accordée pour quatre ans au maximum, soit pendant la mise en œuvre progressive des changements à l’effectif des classes. Les conseils devraient faire preuve de prudence en matière d’embauche pour remplacer les enseignantes et les enseignants qui prennent leur retraite ou partent volontairement.

Pratiques d’embauche

« L’objectif du gouvernement est de travailler avec ses partenaires du secteur de l’éducation afin d’améliorer la mobilité du personnel enseignant tout en augmentant la transparence, l’équité, l’uniformité et l’obligation de rendre des comptes pour ce qui est de l’embauche du personnel enseignant dans tous les conseils scolaires. » La consultation se poursuivra jusqu’au 31 mai 2019.

Subventions pour les besoins des élèves

  • Fonds pour les priorités locales – La question de savoir si le financement de la dotation sera prolongé est assujettie au processus central de négociation collective à venir. Les augmentations salariales seront maintenues ainsi que le financement des directions d’école et des directions adjointes. Ce financement ne devrait pas prendre fin avant le 31 août 2020.
  • Allocation au titre du volet Ajustement des coûts –Étant donné que les conseils scolaires disposent d’autres subventions pour répondre à leurs besoins en dotation, ce montant sera supprimé pour l’année scolaire 2019‑2020.
  • Supplément de transition des ressources humaines – Ce supplément sera supprimé pour l’année scolaire 2019-2020.
  • Facteurs de capacité d’accueil des salles de classe – Pour tenir compte des changements proposés à l’effectif des classes au secondaire, les facteurs qui déterminent le financement pour le fonctionnement des installations scolaires seront rajustés.
  • Financement pour les services publics – Comme par les années passées, le financement sera augmenté pour couvrir les coûts accrus associés au chauffage et à l’éclairage des installations.
  • Financement du transport scolaire – Le financement sera augmenté pour couvrir les coûts plus élevés associés au transport scolaire. De plus, des soutiens financiers supplémentaires sont prévus pour les conseils scolaires qui exploitent des services de transport efficaces, mais pour lesquels les coûts du transport scolaire dépassent le financement prévu à cette fin. Le Ministère a l’intention d’entreprendre un examen de la formule de financement du transport scolaire afin de mettre en place un système plus efficace et responsable en Ontario.
  • Poursuite de la mise en œuvre des ententes centrales de 2017‑2019 – Le financement sera augmenté pour tenir compte des rajustements salariaux prévus par ces ententes.
  • Annonce des subventions annuelles – Cette annonce devrait avoir lieu à la fin d’avril. L’annexe A de la note présente les principaux changements que les conseils devraient prévoir en matière de financement.

Technologie (bande passante)

L’ensemble des élèves et du personnel enseignant de l’Ontario auront accès à des services Internet fiables, rapides, sécuritaires et abordables à l’école, à raison d’un mégabit par seconde par élève, dans toutes les régions de la province. Ce projet sera terminé d’ici l’année scolaire 2021-2022. Les besoins de chaque école seront examinés et des solutions techniques individuelles seront mises en œuvre.

Téléphones cellulaires

L’utilisation des téléphones cellulaires dans les écoles pendant les heures d’enseignement sera interdite à compter de septembre 2019. Elle sera toutefois permise à des fins éducatives (selon les directives du personnel enseignant), pour des raisons de santé et médicales, et pour aider les élèves ayant des besoins particuliers. Les conseils scolaires et les groupes d’intervenants seront consultés pour s’assurer que les élèves et les parents connaissent bien les nouvelles lignes directrices, y compris les exceptions.

Le Code de conduite provincial sera mis à jour pour refléter ce changement. Les conseils scolaires devront actualiser leur code de conduite pour qu’il soit conforme au code provincial.

Office de la qualité et de la responsabilité en éducation

Le gouvernement s’engage à travailler avec l’Office pour le moderniser et pour en moderniser les processus, et il utilise des données pour élaborer de meilleurs modèles de vérification et d’évaluation qui mettent davantage l’accent sur l’équité.

Modernisation de l’apprentissage

Mathématiques

Le Ministère mettra en œuvre une nouvelle stratégie sur les mathématiques, qui propose l’intégration sur quatre ans d’un nouveau programme-cadre de mathématiques pour tous les élèves, à chaque année d’études. Ce programme « mettra l’accent sur les concepts et les compétences de base ». Ses premiers éléments seront disponibles en septembre 2019.

Le gouvernement a déposé un projet de loi qui obligerait les nouveaux membres du personnel enseignant à se soumettre à un test de connaissances en mathématiques avant de pouvoir diriger une classe à titre de professionnels. D’ici le printemps de 2020, il deviendrait obligatoire de réussir le test pour recevoir l’agrément de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario. Le gouvernement financera des cours de qualification additionnelle en mathématiques pour les enseignantes et les enseignants qui font déjà partie du système.

Disciplines STIM

Le gouvernement propose une nouvelle stratégie en matière d’apprentissage des disciplines STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) de la maternelle à la 12e année. La première étape sera de procéder à la révision immédiate du cours obligatoire d’exploration de carrière de 10e année, afin d’y ajouter un volet sur la nature changeante du travail, sur le rôle des compétences transférables et sur l’importance des disciplines STIM dans les industries clés à forte croissance. Ce cours sera publié vers la fin du mois de mai et intégré au curriculum en septembre 2019.

La stratégie comprendra une révision des programmes-cadres d’affaires et commerce et d’études informatiques, qui seront désormais axés sur le développement de compétences professionnelles, notamment l’entrepreneuriat, la pensée informatique et le codage. En 2019-2020, le Ministère entamera des recherches et des analyses comparatives avec les programmes d’études d’autres provinces et territoires, dont les résultats serviront de base pour la révision de ces programmes-cadres.

Métiers spécialisés

« Le ministère de l’Éducation travaillera en étroite collaboration avec le ministère de la Formation et des Collèges et Universités en vue de sensibiliser les élèves et leurs parents aux métiers spécialisés, à la technologie et à la formation par l’apprentissage ainsi que de promouvoir les cheminements de carrière vers ces secteurs en demande. »

Littératie financière

La littératie financière deviendra une composante importante de l’enseignement obligatoire du cours révisé d’exploration de carrière de 10e année, qui sera publié vers la fin du mois de mai et intégré au curriculum en septembre 2019. Elle sera également un point d’intérêt dans le programme-cadre de mathématiques révisé qui sera intégré graduellement pour toutes les années d’études.

Éducation autochtone

Une version révisée du programme-cadre d’Études des Premières Nations, des Métis et des Inuits de la 9e à la 12e année sera publiée vers la fin du mois de mai et intégrée au curriculum en septembre 2019. Le Ministère poursuivra sa collaboration avec les partenaires autochtones afin de développer une approche qui mènera à une révision plus approfondie de ce thème dans l’ensemble des matières, des années d’études et des cours du curriculum.

Éducation physique et santé

Le nouveau programme-cadre qui sera enseigné au palier élémentaire sera publié vers la fin du mois de mai et sera mis en œuvre en septembre 2019. Jusqu’à la fin de l’année scolaire 2018-2019, le personnel enseignant continuera de se servir du programme-cadre de 2018 et des ressources adaptées à l’âge des élèves et fera preuve de jugement professionnel pour enseigner cette matière en classe.

Pour veiller à respecter les parents, le Ministère appliquera une politique de non-participation semblable à ce qui existe dans d’autres administrations. Il offrira également des modules en ligne que les parents pourront utiliser à la maison quand ils estiment que leur enfant est prêt.

Curriculum numérique

Une nouvelle plateforme numérique sera mise en place et permettra aux membres du personnel enseignant, aux parents et aux élèves d’avoir accès aux programmes-cadres et aux ressources d’apprentissage de manière conviviale et compatible avec les appareils mobiles. La première phase de cette nouvelle plateforme sera lancée en septembre 2019.

Communiqué – Modernisation du système d’éducation

Modernisation de l’éducation de langue française : Trouver le bon équilibre

 Toronto, le 15 mars 2019 – Comme mentionné par la ministre de l’Éducation ce matin, l’ACÉPO est fière que le système d’éducation de l’Ontario soit reconnu à travers le monde, ce qui inclus l’éducation laïque de langue française. Afin de poursuivre sur cette lancée d’enseignement de qualité, l’ACÉPO aimerait recevoir des garanties que la modernisation que le ministère de l’Éducation vient de proposer respecte les facteurs de succès des écoles francophones. Une rencontre avec la ministre permettrait certainement de clarifier cette nouvelle vision et ses impacts sur les conseils scolaires de langue française.

Au fil du temps, les écoles de langue française ont fait leurs preuves. Elles ont d’excellents résultats scolaires dont un taux de diplomation des élèves de 12eannée très enviable. De petites classes dans de petites écoles contribuent au bien-être ainsi qu’au respect des différents modes d’apprentissage des élèves ce qui favorise leur succès. Avant-gardistes, elles ont investi dans l’éducation de la petite enfance à temps plein, depuis plus de 20 ans, en plus d’offrir aux élèves des outils à la fine pointe de la technologie pour appuyer leur apprentissage.

L’ACÉPO aimerait savoir comment le ministère entend appuyer l’éducation de langue française pour implémenter ses changements tout en respectant la spécificité du système d’éducation de langue française.

« Les changements proposés aux effectifs en salle de classe nous interpellent parce qu’ils ne semblent pas considérer le caractère particulier des écoles de langue française qui sont de petites tailles » déclare Denis M. Chartrand, le président de l’ACÉPO. « Quelles sont les avenues possibles aux conseils scolaires de langue française qui font face à la croissance de leurs effectifs et ouvrent des écoles afin de mieux desservir les ayants-droits à l’éducation laïque de langue française? »

L’ACÉPO est ouverte aux changements et aborde ainsi la présente vague de modifications avec un esprit de collaboration. Pour mettre en place l’esprit des changements proposés par le ministère de l’éducation les conseils scolaires de langue française auront besoin de flexibilité et de l’appui du gouvernement. Nous espérons pouvoir rencontrer rapidement la ministre de l’Éducation afin d’entamer la discussion.

 

– 30 –

 

L’ACÉPO représente l’ensemble des conseils scolaires publics de langue française de l’Ontario et veille à assurer le développement durable et la vitalité du système d’éducation laïque francophone en Ontario. Vous pouvez suivre les nouvelles de l’ACÉPO sur www.acepo.org,  Facebook ou sur Twitter @ACEPOntario.

To obtain details in English, please see the below contact information.

Source :

Anne Gerson – anne.gerson@acepo.org

Chargée de communication

Association des conseils scolaires
des écoles publiques de l’Ontario 

439, avenue University, bureau 800
Toronto (Ontario) M5G 1Y8
T. : 647.499.4266 – C. : 647.988.5042

www.acepo.org | Facebook | Twitter

2019:B07 – Mesures de soutien pour les élèves atteints de troubles du spectre autistique

Texte de la note

En raison des modifications apportées au Programme ontarien des services en matière d’autisme (POSA), les enfants et les jeunes atteints de troubles du spectre autistique (TSA) entreront à l’école ou passeront de l’école à temps partiel à l’école à temps plein à compter du mois d’avril 2019 et au cours de l’année scolaire 2019‑2020. Pour aider les conseils scolaires à répondre à leurs besoins, le Ministère fournira des fonds supplémentaires pour les mois restants de l’année scolaire 2018‑2019. Il recommande aux conseils scolaires d’embaucher du personnel expérimenté pour assister ces élèves.

Année scolaire 2018‑2019

Le Ministère va reporter la date de dénombrement (habituellement fixée au 31 mars) pour les élèves ayant bénéficié des services du POSA qui s’inscriront pour la première fois à l’école entre les mois d’avril et de juin 2019. Les conseils scolaires profiteront ainsi d’un financement pour une année scolaire complète pour ces élèves, pour les mois restants de l’année scolaire 2018‑2019. Ils recevront un financement moyen de 12 300 $ par élève, ce qui leur permettra de planifier des mesures de soutien jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Année scolaire 2019‑2020

Apprentissage professionnel

Le Ministère accordera un financement annuel de 1 M$ afin de subventionner intégralement les enseignantes et enseignants qui souhaitent acquérir la qualification additionnelle Enseignement aux élèves ayant des besoins particuliers en communication (troubles du spectre autistique). Au cours des trois prochaines années, cela devrait permettre à 4 000 personnes de s’ajouter aux 1 000 enseignantes et enseignants qui détiennent déjà cette qualification.

Le Ministère doublera le financement annuel alloué au Geneva Centre for Autism (qui passera à 2 M$) afin que le Centre offre de la formation aux enseignantes et enseignants et aux aides-enseignantes et aides-enseignants, y compris le cours de technicien comportemental agréé (RBT). Jusqu’à 4 400 personnes pourraient être formées chaque année grâce à ce nouvel investissement.

Le Ministère demandera aux conseils scolaires d’axer sur le soutien aux élèves atteints de TSA le thème d’éducation spécialisée faisant partie de la liste des sujets autorisés pour les journées pédagogiques. En 2020‑2021, il exigera que les conseils scolaires appuient les occasions d’apprentissage liées aux TSA offertes à tous les membres du personnel enseignant dans le cadre d’une journée pédagogique, afin d’aider les élèves atteints de TSA. Le Ministère soutiendra les nouvelles enseignantes et les nouveaux enseignants en révisant le manuel du Programme d’insertion professionnelle du nouveau personnel enseignant afin d’y inclure davantage d’occasions de formation basées sur l’analyse comportementale appliquée.

Financement des mesures de soutien

Le Ministère indique qu’un certain nombre de volets du financement de l’éducation de l’enfance en difficulté sont fondés sur des demandes et adaptés aux changements dans les inscriptions d’élèves ayant des besoins élevés. Il invite les conseils scolaires à utiliser ces allocations et à faire appel à lui s’il y a lieu de prévoir plus de souplesse afin de garantir que ce financement soit entièrement disponible pour les élèves atteints de TSA. Il rappelle que le financement de certains volets (Allocation au titre du volet Expertise comportementale, Somme liée à l’incidence spéciale, Somme liée à l’équipement personnalisé et Financement des équipes multidisciplinaires) peut être particulièrement utile pour soutenir les élèves atteints de TSA nouvellement inscrits. Toutefois, il n’annonce en fait aucun changement au financement de ces volets (présenté dans la note de service 2019:SB01), ni aucune mesure de soutien vraiment nouvelle : il indique seulement que le financement accordé en 2018‑2019 sera maintenu en 2019‑2020.

Il semble n’y avoir qu’un seul ajout réel au financement : le Ministère accordera 6,1 M$ pour élargir à tous les conseils scolaires de la province, au cours de l’année scolaire 2019‑2020, le programme pilote de perfectionnement des compétences après l’école qui est déjà mis en œuvre dans de nombreux conseils scolaires.

Autres renseignements

Le ministère de l’Éducation et le ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires continueront à soutenir la transition des élèves atteints de TSA vers l’école par le biais du programme Connexions pour les élèves, jusqu’à ce que la version remaniée du POSA soit en place. Le ministère de l’Éducation organisera également une série de sessions virtuelles sur les exclusions et les journées modifiées afin de faire participer les parents, les membres du personnel enseignant, les administratrices et administrateurs et d’autres personnes à un dialogue sur ces enjeux complexes. Les détails seront communiqués à une date ultérieure.

Le Ministère mènera des enquêtes périodiques auprès des conseils scolaires afin d’évaluer l’incidence de l’augmentation des taux d’inscription ainsi que l’assiduité des enfants et des jeunes atteints de TSA lorsqu’ils intégreront le système scolaire. Il demandera également aux conseils de fournir, sur leur site Web, des informations destinées aux familles souhaitant inscrire leurs enfants et leurs jeunes.

Communiqué – Journée des partenaires en éducation en langue française à Queen’s Park

LES FRANCOPHONES PARLENT ÉDUCATION À QUEEN’S PARK

Toronto, le 1er mars 2019 – Une première en Ontario, dix joueurs-clés de l’éducation en langue française, unis par leur volonté commune de donner la meilleure éducation possible aux élèves francophones, rencontrent les ministres et députés ontariens, ce lundi 4 mars 2019. Par ces rencontres et discussions, le regroupement de partenaires en éducation veut informer les élus siégeant à l’Assemblée législative de l’Ontario des succès et particularités des écoles francophone et leur offrir leur expertise en éducation.

L’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), l’Association des directions et directions adjointes des écoles franco-ontariennes (ADFO), l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), l’Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne (AGÉFO), l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC), l’Association francophones à l’éducation des services à l’enfance de l’Ontario (AFÉSEO), le Centre de leadership et d’évaluation (CLÉ), le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP), l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Parents partenaires en éducation (PPE); ce sont donc enseignants, parents, associations de conseils scolaires et spécialistes en éducation qui se rassemblent pour parler aux élus ontariens et mettre en avant la contribution de l’éducation de langue française au développement de la communauté ontarienne et canadienne.

L’éducation de langue française en Ontario, c’est 454 écoles accueillant des élèves de la maternelle à la 12eannée, 110 000 élèves qui sortiront de nos écoles avec un parfait niveau de bilinguisme pour la vie et des milliers de membres du personnel scolaire dévoués et passionnés.

Enseigner dans la langue de la minorité et le mandat supplémentaire de protéger, valoriser et transmettre la langue et la culture française confèrent à l’éducation francophone en Ontario une dimension supplémentaire que le gouvernement a avantage à prendre en considération lorsqu’il prend des décisions en éducation. La création d’un mécanisme de dialogue continu entre le gouvernement, le ministère de l’Éducation et l’ensemble des partenaires en éducation en langue française est l’approche qui sera proposée, ce lundi 4 mars 2019 à Queen’s Park, aux élus ontariens.

 

 

– 30 –

Pour toute demande d’information au sujet de la journée des partenaires en éducation en langue française, à Queen’s Park le 4 mars 2019, veuillez contacter :

Marie-Josée Roy                                                       Anne Gerson

Tél. : 416.250.1754 poste 105                                    Tél. : 647 499 4266

Cell. : 647 394 1422                                                    Cell. : 647 988 5042

mjroy@afocsc.org                                                        anne.gerson@acepo.org

2019:B06 – Renseignements sur la planification du budget de 2019-2020

Texte de la note

Le Ministère recommande aux conseils scolaires de faire preuve de prudence en ce qui a trait aux décisions d’embauche, en prévision du dépôt du budget de l’Ontario et à la lumière de la récente consultation sur l’effectif des classes et les pratiques d’embauche. Au cours des prochaines semaines, le gouvernement examinera attentivement les commentaires recueillis et continuera de discuter avec les conseils scolaires des plans et des étapes à venir en matière de main-d’œuvre.

Les conseils scolaires sont invités à reporter les processus annuels d’embauche visant à pourvoir les postes libérés par les départs à la retraite ou en congé des enseignantes et enseignants et des autres membres du personnel, et ce, jusqu’à ce que le Ministère fournisse, d’ici le 15 mars, des directives plus précises aux membres du secteur. En juin 2018, le gouvernement de l’Ontario a imposé un gel des embauches. Les conseils scolaires pourraient envisager d’adopter des mesures semblables.

2019:SB01 – Mise à jour : Financement de l’éducation de l’enfance en difficulté pour 2018-2019

Texte de la note

Cette note de service se présente comme une mise à jour, mais elle reprend essentiellement l’information fournie dans la note de service 2018:SB10 du 27 avril 2018, à quelques détails près :

  • Elle incorpore l’information déjà fournie dans la note de service 2018:B14 du 24 août 2018 concernant la hausse de l’Allocation au titre du volet Éducation de l’enfance en difficulté fondée sur l’effectif.
  • Elle reformule l’information déjà fournie dans la note de service 2018:B14 concernant l’Allocation au titre de la Somme liée à l’incidence spéciale (SIS). Dans cette note, le ministère indiquait que « le montant maximal remboursable […] sera de 27 405 $ par demande plutôt que de 38 016 $ », ce qui représentait une économie de 28 M$ permettant de financer la hausse de l’allocation fondée sur l’effectif. Or, le ministère dit maintenant qu’il fait un investissement de 2 M$ « en augmentant le maximum admissible de chaque réclamation […] de 1,5 % par rapport à celui de 2017‑2018 pour atteindre 27 405 $. » L’éclairage change, mais la réalité reste la même.
  • Elle s’en tient strictement aux Subventions pour les besoins des élèves (SBE) et ne contient aucun renseignement sur le financement des programmes d’éducation de l’enfance en difficulté au moyen des Subventions pour d’autres programmes d’enseignement (APE).
  • Dans l’information concernant l’Allocation au titre du volet des programmes d’éducation dans les établissements de soins, de traitement, de services de garde et de services correctionnels, la phrase suivante a disparu : « Les conseils scolaires peuvent financer le transport qu’ils sont autorisés à fournir, avec leur subvention pour le transport des élèves (financement SBE). » Faut-il en conclure que les conseils n’ont plus l’autorisation en question?

Par ailleurs, il faut signaler que la note a visiblement été retraduite : les « critères » d’avril 2018 sont maintenant des « facteurs », etc. Toutefois, le message est inchangé par rapport aux notes de service antérieures, et le financement disponible demeure exactement le même. On peut se demander à quoi sert cette note, puisqu’elle n’annonce aucun changement réel.

2019:B04 – Renseignements techniques sur le financement de la rémunération des cadres

Texte de la note

Le ministère de l’Éducation fournira environ 8 M$, dans le cadre des Autres programmes d’enseignement (APE) et au moyen d’ententes de paiement de transfert, en vue de financer les augmentations salariales des cadres de conseils scolaires entrées en vigueur durant l’année scolaire 2017‑2018.

Le Règlement de l’Ontario 406/18, entré en vigueur le 13 août 2018, interdit les augmentations de la rémunération des cadres des conseils scolaires. Le financement précédemment annoncé dans le cadre des Subventions pour les besoins des élèves (SBE) et des APE pour soutenir les augmentations salariales des cadres en 2018‑2019 a donc été suspendu.

Le montant du financement dans le cadre des APE est basé sur l’enveloppe des salaires et de la rémunération au rendement et sur le taux d’augmentation maximal approuvé de chaque conseil (conformément à la version définitive de son programme de rémunération des cadres), moins les rajustements nécessaires pour tenir compte des augmentations déjà allouées dans les salaires de référence des SBE de l’année scolaire 2017‑2018 pour les autres membres de la haute direction. De plus, certains conseils pourraient connaître un rajustement supplémentaire au montant fourni pour 2018‑2019 en raison des changements apportés aux SBE.

2019:B05 – Formation sur la prévention de la violence, une initiative du Syndicat canadien de la fonction publique

Texte de la note

La lettre d’entente no 15 sur les conditions négociées centralement avec le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) prévoit que la Couronne finance l’élaboration ou l’achat d’un programme de formation sur la prévention de la violence à l’intention des employés qui sont appelés, dans le cadre de leurs fonctions principales, à travailler directement avec des élèves qui pourraient poser un risque à la sécurité.

La Couronne a retenu les services de la Corporation des services en éducation de l’Ontario pour mettre au point un programme (www.debriefing.ca) sur les pratiques de débriefing après un incident violent. Il s’agit d’un document vidéo Powerpoint dans lequel ont été intégrées des vidéos animées. Le document est offert (en anglais et en français) en deux versions, l’une conçue pour être présentée par un instructeur et l’autre, pour être présentée en ligne. Les conseils scolaires qui emploient des travailleurs de l’éducation représentés par le SCFP devront consulter les syndicats locaux concernant la mise en œuvre de cette formation.