Notes publiques – Mai 2018

Notes publiques – le bulletin de l’ACÉPO.

Des nouvelles de l’ACÉPO, des conseils scolaires laïcs de langue française de l’Ontario et des questions d’actualité. Accéder à notre bulletin du mois d’avril en cliquant sur le logo ci-dessous.

Notes publiques banner_mai 2018


Sommaire

  • Voter… un droit, une chance, une responsabilité
  • Élections municipales et scolaires – Qui peut devenir conseiller scolaire?
  • Élection provinciale : Prendre en compte les spécificités des communautés francophones
  • 14 000 maillons pour les 20 ans du CSViamonde
  • 20 ans au fil de l’eau
  • Radio-Chaud 2018, un spectacle à couper le souffle
  • La classe politique
  • Parents branchés, vision éclairée
  • Ça tweet
  • Côté du ministère de l’Éducation

Lire les Notes publiques

 


Voter… un droit, une chance, une responsabilité

 

Dans quelques jours, l’Ontario aura un nouveau gouvernement. Les Ontariens se seront exprimés et les élus auront la grande responsabilité de gouverner la province pour les quatre prochaines années.

Chaque quatre ans, la population de l’Ontario envoie un message fort au gouvernement, un message que les politiciens se doivent d’entendre et qui les guidera dans leurs choix pour la durée de leur règne. A défaut de pouvoir prédire les résultats de cette compagne électorale, nous avons au moins le contrôle sur les messages que nous voulons transmettre au parti qui sera élu. Alors à nous d’être clair et de leur laisser savoir ce qui compte pour l’éducation laïque de langue française. Et surtout, à nous d’aller voter!

Pour s’assurer que notre message soit entendu, l’ACÉPO a contacté les partis politiques et leurs candidats, et leur a fait part des besoins de nos élèves et de nos écoles, tout en leur rappelant que l’ACÉPO est pour un gouvernement qui donne la priorité à l’éducation et au bien-être des élèves. Les jeunes sont notre future! Leur permettre de développer leur plein potentiel et ce, en français, c’est donner à notre société le plus de chance d’être épanouie, pacifique, compétitive et vibrante.

Quelques ressources pour vous guider et pour connaître les positions des partis par rapport à l’éducation et à certains dossiers de la communauté francophone :
Tableau comparatif des plateformes électorales des partis par rapport aux priorités d’OPSBA
Points saillants des plateformes électorales des quatre principaux partis de l’Ontario – AEFO
Ontario 2018 : Questionnaire sur la francophonie remis aux trois partis politiques reconnus – AFO

Bon vote!

Isabelle Girard, directrice générale

 

Élection provinciale : l’éducation laïque a besoin de vous

À la veille des élections provinciales il est bon de sensibiliser nos politiciens aux réalités et besoins des écoles de langue française en Ontario. L’ACÉPO demande le soutien des partis et candidats pour bâtir de nouvelles écoles, pour donner aux Francophones une éducation en français de la maternelle au postesecondaire et pour prendre des mesures innovantes pour pallier à la pénurie d’enseignants francophones.

Les élèves francophones de l’Ontario sont chanceux de pouvoir compter sur un système d’éducation de langue française inclusif et de qualité. Avec un taux de croissance de 65 %, depuis leur création en 1998, les conseils scolaires laïcs de langue française sont les conseils qui ont, de loin, la plus forte croissance de l’Ontario.

Notre croissance exponentielle vient avec certains défis. Nos écoles se remplissent plus vite que nous pouvons les construire. En effet en 2018, nous avons un parc immobilier vieillissant, un manque de place sévère dans beaucoup de nos écoles et quelque 47 endroits dans la province où une population importante de francophones n’a pas accès à une éducation laïque élémentaire ou secondaire en langue française.

Vingt ans après la création de nos conseils scolaires francophones, il est urgent de remédier à cette situation. Il incombe à la province de permettre aux francophones d’exercer pleinement leurs droits, en leur donnant les moyens de s’instruire dans la langue de leur choix, et ce, tout en étant à l’abri de l’assimilation et de l’endoctrinement religieux. C’est une question de droit constitutionnel mais, avant tout, c’est une question d’équité.

En plus du manque d’écoles, le parcours scolaire de nos élèves est également mis à risque par la pénurie d’enseignants francophones et par le fait que les Francophones n’ont toujours pas partout en Ontario la possibilité d’avoir une éducation en français de la maternelle au postsecondaire.

L’ACÉPO recommande plusieurs actions urgentes pour améliorer la situation :

      1. 1. Créer une nouvelle enveloppe budgétaire temporaire d’environ 667 millions de dollars qui permettra de compléter, dans les huit prochaines années, le réseau des écoles laïques de langue française à travers la province :
        • Donner la priorité à la construction d’écoles laïques de langue française dans les communautés qui ne sont pas encore desservies par une école de langue française pour permettre à tous les élèves francophones de bénéficier d’une éducation francophone;
        • Donner la prioritéà la construction de nouveaux édifices ou à l’achat et rénovation d’édifices existants pour le système laïc de langue française en raison de sa croissance exponentielle en comparaison à la croissance des autres systèmes d’éducation;
        • Lever le moratoire sur les fermetures d’écoles et faire respecter le Règlement 444/98 : Aliénation de biens immeubles excédentaires– accessibilité aux écoles vides;
        • Financer l’embauche du personnel nécessaire pour mener à terme les projets.
      2. 2. Augmenter le financement accordé aux conseils pour la réfection des écoles vieillissantes et surpeuplées afin d’améliorer l’environnement d’apprentissage.

     

    1. 3. Faciliter le recrutement de personnel qualifié pour travailler au sein des écoles :
      • Mettre en œuvre des solutions novatrices, telles que la transformation du programme de formation à l’enseignement de deux ans en maitrise, l’intégration créatrice des nouveaux arrivants, la mise en œuvre de nouveaux programmes pour former les enseignants directement dans les écoles, l’implémentation de nouvelles méthodes pour attirer les nouveaux enseignants dans les milieux où il y a pénurie, etc. ;
      • Financer l’élaboration d’ententes entre les provinces et les pays francophones pour faciliter l’intégration de nouveaux travailleurs.
    2. 4. Assurer le continuum de services en éducation, de la garderie au post-secondaire, en passant par l’éducation aux adultes, afin qu’un parcours scolaire complet en français soit accessible aux élèves francophones.

 

En parallèle à ces recommandations, l’ACÉPO attend du prochain gouvernement qu’il :

  • Continue à financer adéquatement l’éducation en Ontario;
  • Augmente fortement les ressources disponibles pour améliorer la santé mentale des élèves et pour ceux éprouvant des difficultés d’apprentissage;
  • Poursuive la modernisation du curriculum;
  • Persévère vers la réconciliation avec les Premières Nations, Métis et Inuits;
  • Soutienne les conseillers scolaires et reconnaisse le rôle déterminant qu’ils jouent dans la qualité du système éducatif de l’Ontario.

Il est important de faire entendre sa voix et de voter pour un gouvernement qui donne la priorité à l’éducation et au bien-être des élèves. Les jeunes sont notre future, leur permettre de développer leur plein potentiel et ce, en français, c’est donner à notre société le plus de chance d’être épanouie, pacifique, compétitive et vibrante.

2018:EYCC11 – États financiers de 2017 : programmes pour l’enfance et la famille

Texte de la note

Le Ministère demande aux agences de paiement de transfert (APT) qui administrent des programmes pour l’enfance et la famille de lui soumettre, au plus tard le 29 juin 2018, leurs états financiers de 2017 pour ces programmes. Il informe les APT dont l’allocation est inférieure à 350 000 $ qu’il leur enverra par courriel un formulaire d’attestation prérempli, et il indique aux APT dont l’allocation est supérieure à 350 000 $ comment elles doivent se procurer les formulaires nécessaires. Il fournit aux APT une liste des documents qu’elles doivent soumettre avec ces formulaires, qui incluent leurs états financiers vérifiés, un tableau des revenus et des dépenses des programmes financés par le Ministère, une lettre des vérificateurs externes ainsi qu’un chèque pour le montant recouvrable.

La note est accompagnée du document suivant : Instructions pour remplir les états financiers de 2017 – Programmes pour l’enfance et la famille.

2018:EYCC10 – États financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille

Texte de la note

Le Ministère demande aux gestionnaires des services municipaux regroupés (GSMR) et aux conseils d’administration de district des services sociaux (CADSS) de lui soumettre, au plus tard le 29 juin 2018, leurs états financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille. Il leur indique comment ils doivent se procurer les formulaires nécessaires et leur fournit en annexe un aperçu des changements apportés aux formulaires des états financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants. Il leur fournit une liste des documents qu’ils doivent soumettre avec ces formulaires, qui incluent leurs états financiers vérifiés, une lettre des vérificateurs externes et un rapport de mission de vérification. Enfin, il leur rappelle sa politique sur la production tardive, qui prévoit que, si le Ministère n’a pas reçu les états financiers plus de 30 jours après le 29 juin 2018, les GSMR et les CADSS feront l’objet d’une retenue de fonds qui réduira leur paiement mensuel. À la présentation des états financiers, le Ministère reprendra les paiements mensuels normaux et inclura dans le paiement mensuel le montant qui a été retenu.

La note est accompagnée des documents suivants :

Notes de service concernant les services de garde d’enfants

Le Ministère vient de mettre tardivement en ligne plusieurs notes de service concernant les services de garde d’enfants. En voici les textes et les sommaires.

La première note est adressée aux leaders de la petite enfance des conseils scolaires.

Rapport de planification pour les programmes avant et après l’école pour l’année scolaire 2018-2019

Texte de la note de service 2018:EYCC06 du 24 avril 2018
Sommaire de la note

Deux autres notes sont adressées aux gestionnaires des systèmes de services de garde d’enfants.

Centres pour l’enfant et la famille ON y va : rapport d’étape

Texte de la note de service 2018:EYCC05 du 30 avril 2018
Sommaire de la note

Allocations finales de 2018 et ententes modifiées pour les services de garde d’enfants

Texte de la note de service 2018:EYCC07 du 8 mai 2018
Sommaire de la note

Enfin, la note de service 2017:EYCC08 et la note de service 2017:EYCC09 (datées du 7 mai 2018) concernent les trousses d’ententes de 2018 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille des Premières Nations ayant des ententes de paiement de transfert avec le Ministère. Comme il n’existe pas de telles ententes en français, ces deux notes n’ont pas été diffusées dans cette langue.

Élections provinciales – le président de l’ACÉPO parle à Midi Info

Midi Info d’ICI Radio-Canada Première était de passage à Toronto, le vendredi 25 mai,  pour une émission spéciale élections en Ontario. Michel C. Auger et son équipe se déplacaient pour prendre le pouls de la communauté francophone et débattre de ses attentes.

Denis M. Chartrand, le président de l’ACÉPO était présent aux côtés de Fayza Abbdallaoui, présidente du Mouvement pour les femmes immigrantes francophones en Ontario et de François Byrne, fondateur de Hybrid Power Solution pour parler d’éducation, de santé, programme sociaux et d’entrepreneuriat.

 » Les spécificités des conseils scolaires francophones sont souvent ignorées. Ça apporte des problèmes d’équité au niveau des immobilisations, des services, des garderies,…  » Denis M. Chartrand

 

L’émission du 25 mai est disponible sur le site Web de Radio-Canada.

 

Crédit photo : JÉRÔME LECLERC / Radio-Canada Toronto

Sommaire des documents mis en ligne par le Ministère

Modèle de rapport des activités financées pour le développement de la capacité locale de la GIARE de l’année scolaire 2018‑2019 et documents pertinents

Texte de la note de service du 8 mai 2018

Le Ministère indique aux conseils scolaires le montant qu’ils recevront pour l’année scolaire 2018‑2019 et leur transmet le modèle de rapport et les documents relatifs au programme de développement de la capacité locale (DCL) de la Gestion de l’information pour l’amélioration du rendement des élèves (GIARE). Les fonds alloués continueront d’appuyer le travail important dirigé par les leaders de la GIARE au sein des conseils scolaires afin de soutenir et de développer la capacité locale dans le but d’utiliser des données probantes de qualité en ciblant des fonds dans au moins deux des quatre domaines prioritaires de financement suivants :

  • Renforcement et maintien de la capacité
  • Renforcement de la collaboration à l’échelle de la classe, de l’école, du conseil scolaire ou du Centre de réseautage professionnel
  • Promotion de l’accessibilité priorisée et de la convivialité des renseignements pour les utilisateurs finaux
  • Projets de gestion de la qualité des données

Une modification mineure a été apportée au modèle de rapport afin d’inclure les résultats prévus des projets. Le Ministère demande aux conseils de l’aviser s’il y a un nouveau leader de la GIARE dans leur organisation et de soutenir les efforts de leur leader, qui doit soumettre le Rapport des activités financées de DCL de la GIARE pour 2018‑2019 au plus tard le 28 septembre 2018 et le 14 juin 2019.

Prolongation du délai : SCFP – Financement pour la formation en apprentissage et en perfectionnement professionnel

Texte de la note de service du 17 mai 2018

Le Ministère avise les conseils scolaires et les unités de négociations locales du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) que le délai pour soumettre leurs demandes conjointes de financement pour la formation en apprentissage et en perfectionnement professionnel a été prolongé d’une semaine, soit jusqu’au 25 mai 2018. Les conseils scolaires et les unités de négociations locales du SCFP doivent se rencontrer pour discuter l’utilisation de ces fonds. Tous les renseignements concernant ces demandes se trouvent dans la note de service du 4 avril 2018.

Changez l’avenir. Devenez conseillère ou conseiller scolaire

Le site Web des élections municipales et scolaires de 2018 en Ontario

 

www.elections,conseillersscolairesontario.org renferme des renseignements au sujet des conseillères et conseillers scolaires de l’Ontario et des élections municipales et scolaires de 2018.

La Corporation des services en éducation de l’Ontario (CSEO) a mis sur pied ce site en collaboration avec les associations de conseillères et conseillers de l’Ontario, afin qu’il serve de ressource aux personnes qui cherchent à se faire élire à un conseil scolaire ainsi qu’aux électrices et aux électeurs.

Une liste de l’ensemble des candidates et des candidats aux élections scolaires sera affichée ici après le jour de la déclaration de candidature, soit le 27 juillet 2018. Les résultats des élections seront affichés en soirée le jour du scrutin, soit le 22 octobre 2018.

 

La FNCSF recrute une direction générale

La Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) est un organisme sans but lucratif qui représente les 28 conseils scolaires francophones et acadiens en contexte minoritaire au Canada. Ces conseils scolaires offrent des services éducatifs en français à plus de 165 000 élèves rassemblés dans plus de 700 établissements scolaires. La Fédération veille aux intérêts de ses membres présents au sein de neuf provinces et trois territoires.

La FNCSF est à la recherche d’une personne dynamique pour combler le poste de direction générale. Les candidature doivent être reçues au plus tard le jeudi 31 mai 2018 à 17 h.

Pour en savoir plus :

Offre d’emploi direction générale

 

Sommaire des documents mis en ligne par le Ministère

Modifications réglementaires découlant de l’engagement de 2017 au sujet de la gouvernance

Texte de la note de service du 7 mai 2018

Règlement 246/18 : Membres de conseils scolaires – Code de conduite

Dès le nouveau mandat qui commencera en décembre 2018, les conseils scolaires devront avoir un code de conduite pour les conseillères et conseillers scolaires; ceux qui n’en ont pas auront jusqu’au 15 mai 2019 pour en adopter un. Ils devront aussi mettre ce code à la disposition du public, l’examiner après chaque élection générale et adopter ensuite une résolution pour adopter le code dans sa version existante ou modifiée.

Règlement 357/06 : Allocations des membres des conseils scolaires

Dès le nouveau mandat qui commencera en décembre 2018, le plafond du montant de base annuel versé aux conseillères et conseillers scolaires passera de 5 900 $ à 6 300 $. Le règlement établit également des plafonds pour les allocations des membres du nouveau Consortium du Centre Jules-Léger (CCJL).

Règlement 7/07 : Élèves conseillers

Dès maintenant, les conseils scolaires ont la possibilité de faire élire leurs élèves conseillères ou conseillers pour des mandats d’un an ou de deux ans.

À compter du mandat commençant le 1er août 2020 :

  • Tous les conseils scolaires devront avoir deux ou trois élèves conseillères ou conseillers.
  • Les conseils scolaires qui choisissent des mandats de deux ans devront échelonner les mandats dans la mesure du possible.
  • Pour les conseils scolaires qui maintiennent le mandat d’un an, la date d’élection sera devancée à la fin février.

En ce qui concerne le CCJL, le règlement prévoit des règles concernant les élèves conseillères ou conseillers qui tiennent compte de la structure particulière du Consortium. Ces règles entreront en vigueur pour l’année scolaire 2019‑2020, mais le CCJL pourra mettre en place des élèves conseillères ou conseillers en 2018‑2019 en vertu de règles transitoires spéciales.

Règlement 463/97 : Réunions électroniques

Les conseils scolaires peuvent désormais permettre à la présidence du conseil ou d’un comité de présider les réunions par des moyens électroniques si l’une ou l’autre des conditions suivantes s’applique :

  • La résidence de la présidence est à 200 kilomètres ou plus de l’endroit où se tient la réunion;
  • Les conditions météorologiques l’empêchent de se rendre de façon sécuritaire au lieu de la réunion;
  • Il lui est physiquement impossible d’être présente à la réunion en raison d’un problème de santé.

La présidence ne doit pas présider plus de la moitié des réunions du conseil ou du comité par voie électronique dans une période de 12 mois. Les conseils doivent maintenant mettre en place des processus pour assurer la sécurité et la confidentialité de toute réunion qui se tient à huis clos.

Comité directeur du renouvellement

Texte de la lettre de la ministre du 7 mai 2018

La ministre transmet aux membres de la Table ronde de partenariat et des divers conseils consultatifs ministériels la lettre du Comité directeur du renouvellement à la ministre et à la première ministre datée du 30 avril 2018.

Dans cette lettre signée par ses cofacilitateurs du Ministère, le Comité directeur du renouvellement (CDR) donne une vue d’ensemble de la relation de travail au sein du CDR, communique des renseignements sur les progrès accomplis jusqu’à présent (notamment sur les efforts de sensibilisation préliminaires) et énumère les points qui font consensus ainsi que les recommandations préliminaires du CDR sur plusieurs questions. La lettre de 10 pages est accompagnée d’une série de documents dont nous reproduisons les grands titres ci-après.

Principes directeurs provisoires de la modernisation du curriculum

  • Équité, bien-être et réussite pour l’ensemble des élèves
  • Connaissances, aptitudes et compétences des apprenantes et des apprenants
  • Alléger le curriculum en établissant des liens entre les diverses attentes qu’il contient
  • Cheminements et transitions
  • Domaines d’intervention prioritaires
    • Équité
    • Trouver un équilibre entre uniformité et flexibilité
    • Évaluation et communication du rendement
    • Structure du curriculum
    • Cycle d’élaboration, de mise en œuvre et d’examen du curriculum
    • Resserrer les liens avec les parents et les collectivités

Recommandations pour réussir les efforts de sensibilisation et de consultation

  • Importance de la sensibilisation et de la consultation (Pourquoi s’engager?)
  • Vaste représentation et grand éventail de voix – Qui nous devons joindre (Avec qui devonsnous engager le dialogue?)
  • Pour une sensibilisation efficace (De quelle manière doit se faire la mobilisation?)

Exigences fondamentales pour une mise en œuvre efficace

  • Les échéances, les ressources, les mesures de soutien et la formation sont essentielles.
  • La communication est essentielle.

Annexe A : Mandat du CDR

Annexe B : NPP 159 sur la collaboration professionnelle

Annexe C : Sous-comités du CDR

Le CDR a formé trois sous-comités :

  • Sous-comité de la révision des bulletins scolaires
  • Sous-comité de l’équité et du renouvellement du curriculum de la 9eannée
  • Sous-comité de la liaison et de la participation communautaire

Annexe D : Références

Annexe E : Aperçu des organismes rencontrés par le CDR

Annexe F : Liste des membres du CDR

Couverture de sécurité professionnelle et d’assurance contre les accidents du travail pour les élèves des programmes de formation pratique

Texte de la note de service du 7 mai 2018

En vertu de la Loi sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail, le Ministère fournit une couverture aux élèves qui participent à divers programmes de formation pratique (qui incluent l’éducation coopérative et l’apprentissage parallèle dirigé). Le Ministère transmet aux conseils scolaires la version révisée de la Note Politique/Programmes no 76A, qui régit cette couverture et s’appliquera à compter du 1er août 2018.

Les principaux changements apportés à la NPP sont les suivants :

  • Des directives sont fournies aux conseils scolaires et aux écoles concernant la couverture pour les élèves qui ne sont pas rémunérés et pour ceux qui reçoivent un salaire.
  • Le Ministère fournit maintenant la couverture aux élèves non rémunérés dont le stage de travail a lieu dans les installations du conseil scolaire, lorsqu’ils sont supervisés par des membres du personnel enseignant ou non enseignant.
  • Une pénalité s’applique désormais pour sanctionner la production tardive du formulaire 7, Avis de lésion ou de maladie (employeur). Le conseil doit la payer, sans quoi le Ministère devra le faire et récupérera le montant directement du conseil.

Enfants et jeunes pris en charge : mise à jour

Texte de la note de service du 8 mai 2018

Le Ministère annonce que le Symposium sur les enfants et les jeunes pris en charge, qui a lieu depuis trois ans au mois de mai, aura plutôt lieu à l’automne 2018. Entre-temps, il fait le point sur certaines questions.

Obligation de signalement

Le Ministère rappelle que, conformément à la Note Politique/Programmes no 9, quiconque a des motifs raisonnables de soupçonner qu’un enfant a ou pourrait avoir besoin de protection doit rapidement signaler les soupçons et les renseignements sur lesquels ils sont fondés à une société d’aide à l’enfance (SAE). Par « motifs raisonnables », on entend l’information dont un citoyen moyen, en faisant preuve d’un jugement impartial et honnête, aurait besoin pour décider de faire rapport.

Depuis le 1er janvier 2018, l’âge de protection est passé de 16 ans à 18 ans. Un professionnel ou un membre du public qui croit qu’un jeune de 16 ans ou 17 ans a ou peut avoir besoin de protection peut faire un signalement à une SAE, mais il n’est pas tenu de le faire. Pour sa part, la SAE est tenue d’évaluer l’information communiquée.

Le Ministère s’attend à ce que chaque conseil travaille avec la ou les SAE locales pour concevoir et fournir au personnel une formation annuelle concernant l’obligation de signalement, et il demande aux conseils de procéder à un examen régulier des politiques et des procédures relatives à l’obligation de signalement.

La Loi de 2017 sur les services à l’enfance, à la jeunesse et à la famille, qui remplace l’ancienne Loi sur les services à l’enfance et à la famille, est entrée en vigueur le 30 avril 2018, à l’exception de la partie X qui entrera en vigueur en janvier 2020. Le Ministère modifiera en conséquence la NPP no 9 à l’automne 2018.

Nouvelles initiatives

Transport – En février 2018, le Ministère a annoncé qu’il financerait, au moyen d’ententes de paiement de transfert, le transport des enfants et des jeunes pris en charge pour leur permettre de rester temporairement dans la même école, après une modification d’un placement, jusqu’à un moment de transition plus naturel et lorsque c’est dans leur plus grand intérêt. Pour l’année scolaire 2018‑2019, il mettra en place un processus de demande qui devrait être publié à l’automne 2018.

Programme de liaison en matière d’éducation – Le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse (MSEJ) dirige un nouveau programme de liaison en matière d’éducation qui coordonnera le soutien à l’éducation des enfants et des jeunes pris en charge. Les agents de liaison aideront à résoudre les problèmes qui ont une incidence sur l’apprentissage des enfants et des jeunes admissibles et à renforcer les relations entre les SAE, les conseils scolaires et les partenaires communautaires afin d’améliorer les résultats scolaires de ces enfants. Chacune des 49 SAE de l’Ontario recevra maintenant un financement ciblé pour appuyer un agent de liaison en éducation. Le MSEJ a commencé à octroyer ce financement en mars 2018, et les agents de liaison seront en place d’ici la fin de l’été 2018.

Soutien aux écoles en vue de la légalisation du cannabis : allocations révisées aux conseils scolaires et ressources à l’intention des parents et tuteurs, des éducateurs et des jeunes

Texte de la note de service du 8 mai 2018

Allocations aux conseils scolaires

Le Ministère modifie le montant des allocations qu’il versera aux conseils scolaires en 2018‑2019 pour répondre à leurs besoins de formation particuliers, car les montants annoncés dans la note de service du 2 mai 2018 étaient fondés sur ces calculs erronés. Les conseils membres de l’ACÉPO recevront les sommes suivantes (nous indiquons le montant annoncé le 2 mai entre parenthèses) : CEPEO : 24 700 $ (24 300 $); CSPGNO : 8 550 $ (26 500 $); CSPNE : 7 500 $ (7 375 $); CS Viamonde : 24 300 $ (77 075 $). Le montant global versé à tous les conseils scolaires reste inchangé (2,43 M$).

Ressources à l’intention des parents et tuteurs, des éducateurs et des jeunes

Le Ministère fournit à nouveau les mêmes renseignements qui figuraient dans la note de service du 2 mai 2018 au sujet des ressources qu’il a mises au point à l’intention des parents et tuteurs, des éducateurs et des jeunes. Ces ressources ont pour but de sensibiliser les parents et tuteurs, les éducateurs et les jeunes aux dangers du cannabis, de retarder la consommation de cannabis chez les jeunes, de promouvoir la prise de décisions éclairées à son sujet, de veiller à la sécurité des élèves et de préparer le secteur de l’éducation à la légalisation. Elles font partie d’une première phase des informations destinées au secteur :