Nécessité de directives claires pour le curriculum d’éducation physique et santé

Suite aux diverses annonces de revoir le programme-cadre d’éducation physique et santé, l’ACÉPO demande des directives claires en ce qui concerne l’enseignement du dit programme pour l’année scolaire 2018-2019 et se prononce en faveur de continuer à enseigner le curriculum de 2015 à la rentrée scolaire 2018.

Consulter la lettre envoyée au ministère de l’Éducation

ACEPO_Curriculum_sante_20180727

2018:B13 – Prochaines étapes concernant l’abandon progressif du programme du Fonds pour la réduction des gaz à effet de serre

Texte de la note

Comme il l’avait annoncé dans la note de service 2018:B12, le Ministère demande aux conseils scolaires de lui fournir de l’information sur la portée des travaux déjà entrepris qui étaient financés par le Fonds pour la réduction des gaz à effet de serre (FRGES). Les conseils doivent remplir un formulaire afin de saisir toutes les dépenses admissibles engagées et prévues en vertu de contrats conclus entre le 1er avril et le 3 juillet 2018. Ils doivent fournir des renseignements sur les installations ainsi que la description, la valeur et les dates de début et de fin des projets, qui doivent être répartis en deux catégories :

  • Les projets visés par un contrat signé au plus tard le 3 juillet 2018 (des matériaux ou de l’équipement ont été achetés ou des services d’entrepreneurs ont été retenus);
  • Les projets à l’étape de la planification ou de la conception.

Les conseils doivent retourner le formulaire au Ministère au plus tard le 3 août 2018. Le formulaire doit être approuvé par un directeur, et les dossiers des conseils appuyant cette attestation pourraient faire l’objet d’une vérification future. Ces informations aideront le Ministère à assurer l’abandon progressif et ordonné du programme.

Les conseils scolaires qui ont des projets à l’étape de la planification ou de la conception sont encouragés à déterminer s’ils peuvent aller de l’avant avec ces projets en les finançant par d’autres allocations déjà en place, comme l’Amélioration de l’état des écoles et l’Allocation pour la réfection des écoles. Le Ministère fournit une liste des sources possibles de financement pour les divers types de projets qui étaient financés par le FRGES ainsi que le solde de chaque conseil au titre du programme Amélioration de l’état des écoles au 31 mars 2018.

En ce qui concerne l’avenir, le gouvernement souhaite trouver des moyens pour aider les conseils scolaires à réaliser leurs projets d’immobilisations. Le Ministère sollicitera la participation des parties prenantes pour obtenir leurs commentaires sur la manière dont les capacités et les processus (y compris ceux du Ministère) pourraient être améliorés afin que les écoles sont construites et réparées le plus rapidement et efficacement possible.

Salutations de la ministre Lisa Thompson

Texte de la note de service du 11 juillet 2018

S’adressant à tous les intervenants du secteur de l’éducation, la ministre s’engage à « travailler sans relâche et à [s]’assurer que la réussite des élèves et l’établissement d’un environnement d’apprentissage et d’enseignement sûr soient notre plus haute priorité ». Elle rappelle que l’un des principes fondamentaux de son gouvernement est le respect des parents et des contribuables. Dans cette optique, le gouvernement examinera au cours des prochains mois les systèmes de garde d’enfants et d’éducation, et notamment les priorités suivantes :

  • Garde d’enfants – Accorder un répit aux parents grâce à un crédit d’impôt remboursable de 75 % pour les frais de garde d’enfants.
  • Mathématiques – Réinstaurer des méthodes d’enseignement éprouvées, à savoir les notions élémentaires qui assureront la réussite des élèves. De plus, les mathématiques deviendront obligatoires dans les programmes de formation à l’enseignement.
  • Santé – Réinstaurer le volet d’éducation sexuelle antérieur jusqu’à ce que nous soyons prêts à mettre en œuvre un nouveau programme adapté à l’âge des élèves et fondé sur une vaste consultation des parents.
  • Fermetures d’écoles – Maintenir le moratoire sur la fermeture d’écoles jusqu’à ce que le gouvernement ait effectué un examen complet du processus en cette matière.
  • Tests standardisés – Examiner le processus actuel de l’OQRE.
  • Financement lié à l’autisme – Investir 38 millions de dollars supplémentaires en mesures de soutien destinées aux enfants ayant des troubles du spectre autistique; ce financement s’ajoutera à ce qui est déjà en place.

2018:B12 – Annulation du Fonds pour la réduction des gaz à effet de serre

Texte de la note

Le Ministère avait annoncé une deuxième phase de financement pour le Fonds pour la réduction des gaz à effet de serre (FRGES) en mars 2018 (note de service 2018:B06) et il avait fourni d’autres indications en avril 2018 (note de service 2018:B11). Or, le gouvernement a annulé le programme provincial de plafonnement et d’échange à compter du 3 juillet 2018. Puisque le FRGES était financé à même le produit de ce programme, le FRGES est aussi annulé à compter du 3 juillet 2018.

Par conséquent, les conseils scolaires ne doivent conclure aucun nouveau contrat après le 3 juillet 2018. Le Ministère couvrira les coûts engagés si les conseils ont conclu des ententes contractuelles pour des travaux d’immobilisations au plus tard le 3 juillet 2018. Les conseils qui ont des projets en voie de planification ou de conception et qui n’ont pas conclu d’ententes contractuelles au plus tard le 3 juillet 2018 peuvent décider d’aller de l’avant en finançant ces projets au moyen d’autres allocations déjà en place (p. ex., Amélioration de l’état des écoles, Allocation pour la réfection des écoles ou Produits d’aliénation).

De plus amples détails seront fournis dans une autre note de service. Les conseils doivent tenir des registres détaillés des contrats qui ont été signés, car le Ministère communiquera avec eux pour recueillir de l’information sur la portée des travaux déjà entrepris.

Bonnes vacances

L’année scolaire touche à sa fin ; du côté de l’ACÉPO, elle s’est terminée avec la visite de plusieurs écoles du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario et du Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario. Nous avons rencontré des élèves, des enseignants, des concierges, du personnel de soutien, du personnel administratif, des directeurs d’école et des directeurs d’éducation passionnés par leur travail et par l’éducation de langue française. La fierté des élèves et du personnel de ces écoles pouvait se lire sur leur visage.

Avec l’entrée en fonction du nouveau gouvernement, l’ACÉPO profitera de la période estivale pour rencontrer de nouveaux députés et ministres. Il s’agira de leur présenter les nombreux accomplissements de nos quatre conseils scolaires à l’échelle de la province, tout en exprimant clairement les besoins de nos conseils et ceux de nos élèves.

J’aimerais conclure en remerciant chaleureusement les enseignants et l’ensemble du personnel des écoles laïques de l’Ontario. Vous faites une vraie différence dans le parcours scolaire de nos enfants et adolescents. Vous inspirez, faites naître des passions et encouragez la curiosité, le goût à l’effort, la collaboration, tout en vous préoccupant du bien-être de chaque élève.

Toute l’équipe de l’ACÉPO vous souhaite un bel été !

 

Isabelle Girard – Directrice générale

Notes publiques – Mai 2018

Notes publiques – le bulletin de l’ACÉPO.

Des nouvelles de l’ACÉPO, des conseils scolaires laïcs de langue française de l’Ontario et des questions d’actualité. Accéder à notre bulletin du mois d’avril en cliquant sur le logo ci-dessous.

Notes publiques banner_mai 2018


Sommaire

  • Voter… un droit, une chance, une responsabilité
  • Élections municipales et scolaires – Qui peut devenir conseiller scolaire?
  • Élection provinciale : Prendre en compte les spécificités des communautés francophones
  • 14 000 maillons pour les 20 ans du CSViamonde
  • 20 ans au fil de l’eau
  • Radio-Chaud 2018, un spectacle à couper le souffle
  • La classe politique
  • Parents branchés, vision éclairée
  • Ça tweet
  • Côté du ministère de l’Éducation

Lire les Notes publiques

 


Voter… un droit, une chance, une responsabilité

 

Dans quelques jours, l’Ontario aura un nouveau gouvernement. Les Ontariens se seront exprimés et les élus auront la grande responsabilité de gouverner la province pour les quatre prochaines années.

Chaque quatre ans, la population de l’Ontario envoie un message fort au gouvernement, un message que les politiciens se doivent d’entendre et qui les guidera dans leurs choix pour la durée de leur règne. A défaut de pouvoir prédire les résultats de cette compagne électorale, nous avons au moins le contrôle sur les messages que nous voulons transmettre au parti qui sera élu. Alors à nous d’être clair et de leur laisser savoir ce qui compte pour l’éducation laïque de langue française. Et surtout, à nous d’aller voter!

Pour s’assurer que notre message soit entendu, l’ACÉPO a contacté les partis politiques et leurs candidats, et leur a fait part des besoins de nos élèves et de nos écoles, tout en leur rappelant que l’ACÉPO est pour un gouvernement qui donne la priorité à l’éducation et au bien-être des élèves. Les jeunes sont notre future! Leur permettre de développer leur plein potentiel et ce, en français, c’est donner à notre société le plus de chance d’être épanouie, pacifique, compétitive et vibrante.

Quelques ressources pour vous guider et pour connaître les positions des partis par rapport à l’éducation et à certains dossiers de la communauté francophone :
Tableau comparatif des plateformes électorales des partis par rapport aux priorités d’OPSBA
Points saillants des plateformes électorales des quatre principaux partis de l’Ontario – AEFO
Ontario 2018 : Questionnaire sur la francophonie remis aux trois partis politiques reconnus – AFO

Bon vote!

Isabelle Girard, directrice générale

 

Élection provinciale : l’éducation laïque a besoin de vous

À la veille des élections provinciales il est bon de sensibiliser nos politiciens aux réalités et besoins des écoles de langue française en Ontario. L’ACÉPO demande le soutien des partis et candidats pour bâtir de nouvelles écoles, pour donner aux Francophones une éducation en français de la maternelle au postesecondaire et pour prendre des mesures innovantes pour pallier à la pénurie d’enseignants francophones.

Les élèves francophones de l’Ontario sont chanceux de pouvoir compter sur un système d’éducation de langue française inclusif et de qualité. Avec un taux de croissance de 65 %, depuis leur création en 1998, les conseils scolaires laïcs de langue française sont les conseils qui ont, de loin, la plus forte croissance de l’Ontario.

Notre croissance exponentielle vient avec certains défis. Nos écoles se remplissent plus vite que nous pouvons les construire. En effet en 2018, nous avons un parc immobilier vieillissant, un manque de place sévère dans beaucoup de nos écoles et quelque 47 endroits dans la province où une population importante de francophones n’a pas accès à une éducation laïque élémentaire ou secondaire en langue française.

Vingt ans après la création de nos conseils scolaires francophones, il est urgent de remédier à cette situation. Il incombe à la province de permettre aux francophones d’exercer pleinement leurs droits, en leur donnant les moyens de s’instruire dans la langue de leur choix, et ce, tout en étant à l’abri de l’assimilation et de l’endoctrinement religieux. C’est une question de droit constitutionnel mais, avant tout, c’est une question d’équité.

En plus du manque d’écoles, le parcours scolaire de nos élèves est également mis à risque par la pénurie d’enseignants francophones et par le fait que les Francophones n’ont toujours pas partout en Ontario la possibilité d’avoir une éducation en français de la maternelle au postsecondaire.

L’ACÉPO recommande plusieurs actions urgentes pour améliorer la situation :

      1. 1. Créer une nouvelle enveloppe budgétaire temporaire d’environ 667 millions de dollars qui permettra de compléter, dans les huit prochaines années, le réseau des écoles laïques de langue française à travers la province :
        • Donner la priorité à la construction d’écoles laïques de langue française dans les communautés qui ne sont pas encore desservies par une école de langue française pour permettre à tous les élèves francophones de bénéficier d’une éducation francophone;
        • Donner la prioritéà la construction de nouveaux édifices ou à l’achat et rénovation d’édifices existants pour le système laïc de langue française en raison de sa croissance exponentielle en comparaison à la croissance des autres systèmes d’éducation;
        • Lever le moratoire sur les fermetures d’écoles et faire respecter le Règlement 444/98 : Aliénation de biens immeubles excédentaires– accessibilité aux écoles vides;
        • Financer l’embauche du personnel nécessaire pour mener à terme les projets.
      2. 2. Augmenter le financement accordé aux conseils pour la réfection des écoles vieillissantes et surpeuplées afin d’améliorer l’environnement d’apprentissage.

     

    1. 3. Faciliter le recrutement de personnel qualifié pour travailler au sein des écoles :
      • Mettre en œuvre des solutions novatrices, telles que la transformation du programme de formation à l’enseignement de deux ans en maitrise, l’intégration créatrice des nouveaux arrivants, la mise en œuvre de nouveaux programmes pour former les enseignants directement dans les écoles, l’implémentation de nouvelles méthodes pour attirer les nouveaux enseignants dans les milieux où il y a pénurie, etc. ;
      • Financer l’élaboration d’ententes entre les provinces et les pays francophones pour faciliter l’intégration de nouveaux travailleurs.
    2. 4. Assurer le continuum de services en éducation, de la garderie au post-secondaire, en passant par l’éducation aux adultes, afin qu’un parcours scolaire complet en français soit accessible aux élèves francophones.

 

En parallèle à ces recommandations, l’ACÉPO attend du prochain gouvernement qu’il :

  • Continue à financer adéquatement l’éducation en Ontario;
  • Augmente fortement les ressources disponibles pour améliorer la santé mentale des élèves et pour ceux éprouvant des difficultés d’apprentissage;
  • Poursuive la modernisation du curriculum;
  • Persévère vers la réconciliation avec les Premières Nations, Métis et Inuits;
  • Soutienne les conseillers scolaires et reconnaisse le rôle déterminant qu’ils jouent dans la qualité du système éducatif de l’Ontario.

Il est important de faire entendre sa voix et de voter pour un gouvernement qui donne la priorité à l’éducation et au bien-être des élèves. Les jeunes sont notre future, leur permettre de développer leur plein potentiel et ce, en français, c’est donner à notre société le plus de chance d’être épanouie, pacifique, compétitive et vibrante.

2018:EYCC11 – États financiers de 2017 : programmes pour l’enfance et la famille

Texte de la note

Le Ministère demande aux agences de paiement de transfert (APT) qui administrent des programmes pour l’enfance et la famille de lui soumettre, au plus tard le 29 juin 2018, leurs états financiers de 2017 pour ces programmes. Il informe les APT dont l’allocation est inférieure à 350 000 $ qu’il leur enverra par courriel un formulaire d’attestation prérempli, et il indique aux APT dont l’allocation est supérieure à 350 000 $ comment elles doivent se procurer les formulaires nécessaires. Il fournit aux APT une liste des documents qu’elles doivent soumettre avec ces formulaires, qui incluent leurs états financiers vérifiés, un tableau des revenus et des dépenses des programmes financés par le Ministère, une lettre des vérificateurs externes ainsi qu’un chèque pour le montant recouvrable.

La note est accompagnée du document suivant : Instructions pour remplir les états financiers de 2017 – Programmes pour l’enfance et la famille.

2018:EYCC10 – États financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille

Texte de la note

Le Ministère demande aux gestionnaires des services municipaux regroupés (GSMR) et aux conseils d’administration de district des services sociaux (CADSS) de lui soumettre, au plus tard le 29 juin 2018, leurs états financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille. Il leur indique comment ils doivent se procurer les formulaires nécessaires et leur fournit en annexe un aperçu des changements apportés aux formulaires des états financiers de 2017 pour les services de garde d’enfants. Il leur fournit une liste des documents qu’ils doivent soumettre avec ces formulaires, qui incluent leurs états financiers vérifiés, une lettre des vérificateurs externes et un rapport de mission de vérification. Enfin, il leur rappelle sa politique sur la production tardive, qui prévoit que, si le Ministère n’a pas reçu les états financiers plus de 30 jours après le 29 juin 2018, les GSMR et les CADSS feront l’objet d’une retenue de fonds qui réduira leur paiement mensuel. À la présentation des états financiers, le Ministère reprendra les paiements mensuels normaux et inclura dans le paiement mensuel le montant qui a été retenu.

La note est accompagnée des documents suivants :

Notes de service concernant les services de garde d’enfants

Le Ministère vient de mettre tardivement en ligne plusieurs notes de service concernant les services de garde d’enfants. En voici les textes et les sommaires.

La première note est adressée aux leaders de la petite enfance des conseils scolaires.

Rapport de planification pour les programmes avant et après l’école pour l’année scolaire 2018-2019

Texte de la note de service 2018:EYCC06 du 24 avril 2018
Sommaire de la note

Deux autres notes sont adressées aux gestionnaires des systèmes de services de garde d’enfants.

Centres pour l’enfant et la famille ON y va : rapport d’étape

Texte de la note de service 2018:EYCC05 du 30 avril 2018
Sommaire de la note

Allocations finales de 2018 et ententes modifiées pour les services de garde d’enfants

Texte de la note de service 2018:EYCC07 du 8 mai 2018
Sommaire de la note

Enfin, la note de service 2017:EYCC08 et la note de service 2017:EYCC09 (datées du 7 mai 2018) concernent les trousses d’ententes de 2018 pour les services de garde d’enfants et les programmes pour l’enfance et la famille des Premières Nations ayant des ententes de paiement de transfert avec le Ministère. Comme il n’existe pas de telles ententes en français, ces deux notes n’ont pas été diffusées dans cette langue.