Acepo ASSOCIATION DES CONSEILS SCOLAIRES DES ÉCOLES PUBLIQUES DE L’ONTARIO Skip Navigation
Guy Belcourt

Contact

705.549.3877

belcourtg@csviamonde.ca

Guy Belcourt

Conseil scolaire Viamonde

Académie La Pinède

École élémentaire des Quatre-Rivières

École élémentaire La Source

École publique Saint-Joseph

École secondaire Le Caron

École secondaire Roméo-Dallaire

Secteur 5 : Bruce, Dufferin, Grey et Simcoe

 

  • Famille : 2 enfants
  • Profession : Retraité, autogestionnaire viandes chez Dominion Store Limited, boucher, gérant de quai avec la ville de Penetanguishene
  • Conseiller scolaire : 6e mandat

 

 

Qu’est ce qui vous a fait devenir conseiller scolaire ?

J’ai commencé à m’intéresser à l’éducation de langue française lors de la crise scolaire de Penetanguishene en 1979. Les élèves de langue française du secondaire ont fait grève pour avoir une école de langue française. Mon cousin, Jacques Marchand a mené la bataille juridique pour que l’école française puisse offrir des services équivalents à l’école de langue anglaise. La construction d’une aile supplémentaire dans l’école de langue française Le Caron scellera la victoire des francophones de Penetanguishene.

Une initiative à suivre…

Il est essentiel de promouvoir et maintenir la langue française pour tous les ayants-droits. Il faut éviter d’être assimilé. L’éducation et les écoles de langue française nous aident à préserver notre culture et notre langue.

Si l’on se rend chez vous qu’allez-vous nous montrer ?

La belle ville de Penetanguishene est située sur la Bay Georgienne, près des 30 000 îles. Cette région est magnifique et attire beaucoup de touristes et de plaisanciers. Je vous encourage à venir la visiter.

L’été passé, Penetanguishene a célébré les 400 ans de l’arrivée de Samuel de Champlain. À cette occasion une nouvelle statue de Champlain située dans le Parc Rotary Champlain Wendat a été décoilée.

Les huit écoles de Penentaguishene qui représentent les cinq systèmes d’éducation, dont une école protestante, la seule de la province.

Élève vous étiez plutôt…

Content d’aller à l’école. Vivant dans une ferme, il y avait toujours du travail à faire et à l’école je pouvais socialiser et échapper aux tâches de la ferme.

À l’école élémentaire il n’y avait pas d’eau et juste deux pièces pour huit classes. Mon père, qui était conseiller scolaire, a fait en sorte que l’école puisse avoir de l’eau courante.

L’éducation laïque de langue française de demain sera …

Inclusive et desservira toutes les régions où il n’y a pas encore d’écoles de langue française. Son financement sera adéquat, équitable et comparable aux écoles anglophones pour permettre à nos écoles d’offrir les mêmes services. Les écoles de langue française publiques et catholiques partageront plus facilement leurs bâtiments lorsque le besoin s’en fait sentir.

Retour vers la liste