Acepo L'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario Skip Navigation

Glossaire

    Glossaire

    Acte de l’Amérique du Nord britannique :

    Loi du Parlement britannique, entrée en vigueur le 1er juillet 1867, créant l’union fédérale du Canada qui comprenait l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

     

    Actualisation linguistique en français (ALF) :

    Édition révisée en 2010 – Le document est destiné aux écoles de langue française; il remplace Le curriculum de l’Ontario, de la 1re à la 8e année – Actualisation linguistique en français et Perfectionnement du français, 2002. À compter de septembre 2010, tous les programmes d’actualisation linguistique en français de la 1re à la 8e année seront fondés sur les attentes et les contenus d’apprentissage énoncés dans cette édition révisée du programme-cadre.

    Le programme d’actualisation linguistique en français (ALF) trouve sa raison d’être dans la diversité linguistique et culturelle des élèves qui fréquentent les écoles de langue française de l’Ontario. Cette clientèle scolaire comprend entre autres des élèves issus de familles où l’anglais (ou une autre langue) est la langue prédominante de communication au foyer et qui ont souvent une connaissance limitée du français. Ces élèves dont le nombre varie selon les régions et les milieux doivent atteindre un niveau de compétences langagières en français suffisant afin de pouvoir suivre le programme d’études ordinaire et y réussir. Pour ce faire, il est essentiel de cibler le développement des compétences langagières de ces élèves puisque ces compétences sont la clé d’accès à l’apprentissage et aux études.

    Le programme-cadre d’ALF maintient des attentes élevées et des contenus d’apprentissage rigoureux pour chaque année d’études et décrit les compétences à évaluer dans toutes les écoles de langue française de la province pour les élèves qui font l’apprentissage du français. Destiné principalement au personnel enseignant, mais aussi aux élèves et à leurs parents, ce programme-cadre a pour but de faciliter la planification de l’enseignement et de l’apprentissage de l’élève qui doit acquérir en français les compétences langagières nécessaires à sa réussite à l’école de langue française.

     

    Aménagement linguistique :

    L’aménagement linguistique se définit comme l’ensemble des mesures, des programmes et des services destinés à améliorer les compétences langagières en français des élèves ainsi qu’à promouvoir et à valoriser l’usage du français dans toutes les activités d’apprentissage qu’offre l’école. En octobre 2004, le gouvernement a adopté une politique d’aménagement linguistique à l’appui du mandat de l’école de langue française.

    Ce document concerne tous ceux et celles qui participent de près ou de loin à l’éducation des jeunes francophones de la province, y compris les jeunes eux-mêmes. Il s’adresse de façon plus large aux personnes et groupes de personnes qui se préoccupent de la vitalité et de l’existence même de la communauté francophone. La mise en œuvre de la politique d’aménagement linguistique sollicite en effet l’engagement de l’ensemble des partenaires de l’éducation en langue française.

    La politique d’aménagement linguistique est étroitement liée au mandat de l’école de langue française. Elle vise essentiellement à lui permettre de mieux remplir sa mission auprès des jeunes et de la population francophone de l’Ontario. En voici les grands objectifs :

    • Dispenser dans les écoles de langue française un enseignement de qualité adapté au milieu minoritaire.
    • Former des jeunes francophones responsables, compétents et forts de leur identité linguistique et culturelle.
    • Augmenter les capacités de la communauté d’apprentissage (c’est-à-dire le personnel scolaire, les parents et les élèves) à soutenir le développement linguistique et culturel de la communauté dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie.
    • Élargir et animer l’espace francophone en établissant des partenariats solides entre l’école, la famille et la communauté locale et élargie.
    • Accroître la vitalité des institutions éducatives ontariennes en favorisant, entre autres, le recrutement et la rétention des élèves des écoles de langue française et contribuer ainsi au développement durable de la communauté francophone.

    Il existe aussi depuis 2011, la Politique d’aménagement linguistique de l’Ontario pour l’éducation postsecondaire et la formation en langue française. La politique permet :

    • de renforcer la viabilité de la culture francophone en Ontario et d’augmenter les possibilités économiques et d’emploi qui s’offrent aux diplômés francophones de la province;
    • de mettre l’accent sur les stratégies que peuvent déployer les institutions de langue française et bilingues pour promouvoir la langue française, en étendre l’usage et la connaissance et assurer la prestation de services en français dans la province;
    • de renforcer la pérennité de la culture francophone dans la province par l’établissement d’un espace francophone élargi.

     

    Article 23 :

    Article de la Charte canadienne des droits et libertés qui définit qui a le droit d’inscrire ses enfants à l’école de langue française en Ontario.

     

    Ayants droit :

    Ceux et celles qui ont droit à une instruction dans la langue de la minorité selon l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. En Ontario, ce sont ceux dont les parents sont citoyens canadiens et;

    1) dont la première langue apprise et encore comprise est le français,

    2) qui ont reçu leur instruction primaire en français au Canada, ou,

    3) dont un frère ou une soeur a reçu ou reçoit son éducation primaire ou secondaire en français au Canada. Les parents doivent satisfaire à un des trois critères pour avoir le droit d’inscrire leur enfant à l’école de langue française. Les enfants des parents d’ayants droit sont automatiquement admis à l’école de langue française et l’école ne peut pas leur refuser l’admission même si l’enfant ne parle pas français.

     

    Cadre stratégique de l’Ontario sur la petite enfance :

    Publié en 2013 le Cadre stratégique de l’Ontario sur la petite enfance est un guide visant à appuyer les programmes de la petite enfance de l’Ontario. Le Cadre fournit un langage commun pour les discussions et une compréhension du développement de l’enfant. L’objectif est d’aider les éducatrices et éducateurs de la petite enfance ainsi que les praticiennes et praticiens œuvrant dans le domaine de l’apprentissage des jeunes enfants.

    Le cadre d’apprentissage est fondé sur la recherche et les perspectives au sein de divers domaines de connaissance. Il reconnaît que les familles, les communautés et les cultures ont des valeurs différentes. Il complète la plupart des approches pédagogiques.

     

    Charte canadienne des droits et libertés :

    Fait partie intégrante (Annexe B) de la Loi constitutionnelle du Canada de 1982. L’article 23 traite spécifiquement des droits scolaires des minorités de langue officielle partout au Canada.

     

    Classes ou programmes d’accueil :

    Les classes d’accueil constituent un instrument privilégié pour favoriser la réussite scolaire et le cheminement culturel. Elles fournissent un environnement propice à l’apprentissage de la langue et de répondre aux besoins particuliers de ces apprenants.

     

    Comité d’admission :

    Comité de trois personnes mandaté pour considérer les demandes d’admission à une école de langue française par des élèves qui ne sont pas des ayants droit. Il est composé d’une agente ou d’un agent de supervision, de la direction de l’école où la demande d’admission est faite et d’une enseignante ou d’un enseignant du Conseil. Le processus de comité d’admission est géré par une politique du conseil scolaire.

     

    Conseil d’école :

    Composés en majorité de parents, ils ont été créés en 1997 par la Loi sur l’amélioration de la qualité en éducation, dans le but d’assurer une plus grande participation des   parents   à   la   gestion   des   écoles   ontariennes.   Ils   ont   un   rôle   consultatif. Le conseil scolaire a une politique sur le conseil d’école qui explique sa mise sur pied, son rôle et ses fonctions.

     

    Comité local :

    Un groupe de parents qui se mobilisent pour montrer un dossier dans le but d’obtenir une école dans leur région pour leurs enfants. Ce dossier peut être présenté au conseil scolaire ou au gouvernement comme demande officielle.

     

    École catholique ou « séparée » :

    École de langue française ou anglaise qui, en plus du curriculum de l’Ontario, a un mandat d’endoctrinement et de promotion de la religion catholique, en français ou en anglais. L’école secondaire catholique peut admettre tous les élèves francophones, au même titre que l’école secondaire publique.

     

    École de langue française ou école publique de langue française :

    École qui enseigne le curriculum de l’Ontario en français aux enfants de parents qui détiennent des droits selon l’article 23 de la Charte des droits et libertés. On y retrouve aussi des enfants qui ne détiennent pas ces droits mais qui sont admis par le biais de comités d’admission. On entend aussi école linguistique ou école laïque.

     

     Jardin d’enfants :

    En Ontario, classe pour les enfants de 4 et 5 ans. Avec le programme PAJE, les classes de maternelle et jardin d’enfants sont maintenant connues sous jardin d’enfants. Dans les autres provinces et territoires, on l’appelle maternelle.

     

    Mariage exogame ou mixte :

    On qualifie d’exogame un couple dont un des conjoints n’est pas francophone.

     

    Nouveau francophone :

    L’Ontario adopte en 2009 une nouvelle définition de la population francophone de la province qui reflète mieux l’évolution et la diversité des communautés francophones de l’Ontario.

    Auparavant les francophones étaient définis comme ceux dont la langue maternelle était le français. Cette nouvelle définition inclusive englobe ceux dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais mais qui ont une bonne connaissance du français comme langue officielle et qui utilisent le français à la maison, ce qui comprend un grand nombre de nouveaux arrivants en Ontario.

     

     

    Perfectionnement du français :

    Le programme de perfectionnement du français s’adresse à l’élève qui parle français, mais qui a connu une scolarisation très différente de celle que reçoivent les élèves des écoles franco-ontariennes ou qui a subi des interruptions dans sa scolarité. Il lui permet d’acquérir et de perfectionner ses compétences de base en lecture, en écriture et en mathématiques et d’enrichir son répertoire linguistique afin d’intégrer et de suivre avec plus d’aisance le programme ordinaire. Il lui permet aussi de se familiariser avec les particularités du système d’enseignement franco-ontarien et avec son nouveau milieu socioculturel.

     

    Programme d’apprentissage de la maternelle et du jardin d’enfants (PAJE) :

    Le programme d’apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d’enfants propose un vaste éventail de possibilités d’apprentissage, de mise en pratique et de démonstration des connaissances et des habiletés acquises. Il pose les jalons qui assureront une transition harmonieuse vers la première année et qui favoriseront la réussite tout au long du parcours scolaire. Depuis 2014-2015 tous les enfants de l’Ontario ont accès à ces programmes. Ce n’est plus un programme exclusif au système de langue française.

     

    Programme d’immersion :

    Il n’y a pas d’école d’immersion proprement dite selon les définitions officielles de l’école en Ontario. Il y a des écoles gérées par un conseil scolaire de langue anglaise dont le mandat est   d’enseigner   le   français   langue   seconde   dans   un environnement dit « d’immersion totale ou partielle », c’est-à-dire un programme d’immersion.