Acepo L'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario Skip Navigation

Nouveautés au Ministère

  • Mar242017

    Sommaire des documents mis en ligne par le Ministère

    Séances de formation : maternelle et jardin d’enfants

    Texte de la note de service du 17 mars 2017

    Au cours des dernières semaines, le Ministère a mené trois séances de travail en français à Toronto, Sudbury et Ottawa afin de développer la capacité de leadership pour la mise en œuvre des documents Programme de la maternelle et du jardin d’enfants et Faire croître le succès – Le supplément de la maternelle et du jardin d’enfants. Ces séances ont été un franc succès, et les participants ont exprimé le désir de participer aux séances offertes par l’équipe anglophone pour approfondir leur capacité de leadership pédagogique. Les conseils scolaires de langue française sont donc invités à participer à l’une des séances de deux jours qui seront offertes en mai 2017 à Toronto, Sudbury et Ottawa. Ces séances se dérouleront en anglais et sont facultatives.

    Chaque conseil scolaire de langue française pourra envoyer jusqu’à 10 personnes aux frais du Ministère : leaders de la petite enfance, conseillères et conseillers pédagogiques du cycle préparatoire, directions d’école, leaders pédagogiques, et équipes pédagogiques de la maternelle et du jardin d’enfants. Le formulaire d’inscription doit être retourné au Ministère au plus tard le 7 avril 2017.

    Paramètres des dépenses et exigences en matière de rapports sur l’éducation en plein air pour 2016-2017

    Texte de la note de service du 20 mars 2017

    À compter de la présente année scolaire (2016‑2017), les fonds consacrés à l’éducation en plein air sont fournis dans une enveloppe de la Subvention pour programmes d’aide à l’apprentissage qui englobe six autres allocations finançant directement les programmes d’amélioration du rendement des élèves.

    Tout comme en 2015‑2016, le financement de l’éducation en plein air est destiné aux dépenses consacrées aux activités en plein air qui sont liées directement à la participation des élèves. Le développement de partenariats avec des groupes communautaires est exigé pour 2016‑2017 afin que l’expansion des liens entre les conseils scolaires et les organismes communautaires et sans but lucratif se continue. Tout financement inutilisé devra être traité comme un revenu reporté pour les dépenses futures dans le programme.

    Les dépenses admissibles sont les suivantes :

    • frais liés à la participation à des activités d’apprentissage en plein air offertes par les conseils scolaires ou des organismes tiers, tels que des organismes communautaires ou sans but lucratif;
    • frais d’utilisation de l’expertise, des installations ou des ressources d’organismes communautaires aux fins des activités d’éducation en plein air;
    • frais de transport;
    • suppléance du personnel enseignant.

    Le financement ne peut pas être utilisé pour la dotation en personnel, les frais administratifs, les coûts liés aux installations du conseil scolaire (p. ex., réparations, équipement), et l’achat ou l’élaboration de ressources d’apprentissage.

    Les conseils scolaires doivent faire rapport sur l’ensemble du financement consacré à l’éducation en plein air au cours de l’année scolaire 2016-2017, au moyen d’un outil en ligne appelé PRARE (Planification et rapports pour l’amélioration du rendement des élèves). Les critères de déclaration sont les mêmes qu’en 2015‑2016. De plus, les conseils devront décrire la nature des partenariats formés avec des organismes communautaires et sans but lucratif, les enseignements tirés de ces partenariats, les difficultés rencontrées et les moyens prévus pour régler celles-ci. Le Ministère enverra des précisions et des directives sur la déclaration des dépenses d’éducation en plein air aux personnes-ressources des conseils scolaires au printemps de 2017.

    Renseignements pour les élèves au sujet des services de la Commission Motherisk

    Texte de la note de service du 20 mars 2017

    Le gouvernement de l’Ontario a établi la Commission Motherisk afin d’examiner des cas individuels liés à la protection de l’enfance et d’offrir un soutien aux personnes touchées par des analyses erronées du laboratoire Motherisk de l’Hospital for Sick Children de Toronto. Dans son rapport d’examen indépendant publié en décembre 2015, la juge Lang a conclu que les analyses de dépistage de drogues et d’alcool à partir de mèches de cheveux qu’effectuait ce laboratoire étaient inadéquates et ne pouvaient être utilisées à des fins juridiques.

    Le Ministère est déterminé à appuyer le travail de la Commission, et il demande aux conseils scolaires de distribuer des renseignements au sujet des services de la Commission dans les écoles (dont une affiche), de sorte que le personnel, les élèves et les parents puissent en prendre connaissance. Il est primordial que la Commission rejoigne le plus grand nombre possible de personnes potentiellement touchées afin de les orienter vers des services juridiques et de counselling. Dans le cadre de leurs contacts directs avec des enfants et des parents, des enseignants et des conseillers en orientation auraient pu avoir connaissance de familles touchées par ces analyses erronées.

    Heure de code : Prochaines étapes

    Texte de la lettre du 24 mars 2017

    En décembre 2016, environ 74 % des conseils scolaires de l’Ontario se sont inscrits au programme Heure de code, qui a permis aux élèves et au personnel enseignant d’organiser des activités de développement de la pensée informatique dans leurs écoles.

    Le Ministère a élaboré de nouveaux plans de leçon pouvant servir à enseigner la programmation. Ces ressources seront bientôt accessibles en français sur le site Web edusourceontario.com. Le Ministère produira bientôt une liste d’organisations disposées à fournir, sans frais, une formation d’une journée assurée par un spécialiste aux conseils scolaires, dans le cadre de l’initiative Heure de code. Les directions de l’éducation recevront sous peu de plus amples renseignements à ce sujet.