Acepo L'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario Skip Navigation

Nouveautés en langues officielles

  • Oct112011

    11 octobre 2011

    Partenariat réussi entre les arts, le milieu de l’éducation et la communauté

    Le 15 septembre, l’Alliance culturelle de l’Ontario a annoncé qu’elle avait participé au lancement du congrès annuel de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO), qui a eu lieu à Casselman du 14 au 16 septembre. Elle a travaillé ces 6 derniers mois avec l’AFMO pour développer un projet alliant les arts, les jeunes et les municipalités. Quatre écoles de l’est de l’Ontario ont été ciblées afin de réaliser un projet artistique visible par les congressistes (maires et élus municipaux). Le projet retenu a permis a plus de 100 jeunes d’exprimer leur créativité en peignant le recto et verso de sacs remis par la suite aux congressistes. Les quatre écoles choisies, dont les écoles secondaires publiques Gisèle-Lalonde et L’Académie de la Seigneurie, ont réalisé plus de 150 sacs.

    L’Alliance travaille actuellement, dans le cadre de son projet de la Table Arts et Éducation de l’Ontario, à monter un plan d’action pour mieux intégrer les arts et la culture dans le milieu de l’éducation, en s’assurant un dialogue et une consolidation des échanges entre le milieu artistique et culturel, celui de l’éducation et la communauté franco-ontarienne.

    ——————————————————————————————————–

    La FCFA dresse un bilan positif de la dernière année

    Un article paru dans L’Étoile rappelle que la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA) a tenu son assemblée générale le 24 septembre à Ottawa. Malgré une année mouvementée, marquée par une poursuite contre le gouvernement fédéral (sur le formulaire long du recensement) qui n’a pas porté ses fruits, les membres de la FCFA ont dressé un bilan positif des derniers mois. L’année à venir s’annonce quant à elle fort prometteuse et verra la tenue d’un Forum de la francophonie canadienne qui aura lieu en juillet 2012 à Québec.

    Selon la directrice générale, Mme Marie-France Kenny, la dernière année a donc vu un changement de culture au sein des communautés francophones. Dans ses interventions avec le gouvernement et ses autres partenaires, la FCFA a voulu miser plus que jamais sur une approche citoyenne, tant dans le dossier du recensement que lors du travail de sensibilisation qu’elle a mené durant les élections.

    L’avenir de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne s’annonce comme un des grands dossiers de l’année 2011-2012. Cette entente avec le gouvernement fédéral, qui encadre le financement des organismes communautaires francophones, arrivera à échéance en 2013. La FCFA entend mener cette année un examen de mi-parcours et commencer à préparer son renouvellement.

    ———————————————————————————————————-

    Le premier Forum mondial de la langue française se déroulera à Québec du 2 au 6 juillet 2012

    Le 5 octobre, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, et Jean Charest, premier ministre du Québec, ont lancé le Forum mondial de la langue française qui aura lieu dans la ville de Québec, du 2 au 6 juillet 2012. Décidé par les chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie en octobre 2010 et placé sous la responsabilité de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en collaboration avec le gouvernement du Québec, le Forum fera une très large place à la jeunesse ainsi qu’aux autres forces vives de la société civile. (Voir le communiqué et dossier de presse de l’OIF.)

    Dans un article du Soleil de Québec, le commissaire général du Forum, le Québécois Michel Audet, a indiqué que l’idée de créer cette nouvelle instance vient du fait que le rayonnement du français dans le monde ne peut plus seulement passer par les très protocolaires et lourds Sommets de la Francophonie, qui réunissent les chefs d’État et de gouvernement aux deux ans.

    Le Forum réunira un millier de personnes, dont une majorité de « jeunes de 18 à 30 ans ». Environ 400 devraient provenir d’Afrique, car « l’avenir de la langue française dépend beaucoup de la façon dont elle pénétrera ce continent », affirme le commissaire. Les participants discuteront de quatre thèmes, soit : l’usage du français dans le monde de l’économie et de l’éducation; la culture à travers la littérature, le cinéma, la chanson et les médias; la place de la langue française dans l’univers numérique et du Web 2.0; et la diversité linguistique et le défi de la coexistence du français avec les autres langues. Le budget du rendez-vous de Québec s’élève à près de 5 millions de dollars.

    Pour en savoir plus, consultez le site Web du Forum.

    ——————————————————————————————————–

    La représentation franco-ontarienne en danger

    Dans un article publié dans Le Droit le 5 octobre, Adrien Cantin signale que, quel que soit le résultat des élections du 6 octobre, les Franco-Ontariens n’auront jamais été aussi mal représentés depuis 1977 à l’Assemblée législative de l’Ontario. D’après lui, seuls trois candidats franco-ontariens ont une véritable chance d’être élus (ils l’ont d’ailleurs été). Il signale que la Loi sur les services en français n’aurait sans doute pu être adoptée dans son intégrité en 1985 sans la présence à l’Assemblée législative de quatre députés libéraux franco-ontariens du côté gouvernemental, de trois progressistes-conservateurs et d’un néo-démocrate, soit un total de huit Franco-Ontariens. Cette loi devenue très importante pour la vie collective en Ontario n’a été possible que grâce à un leadership et une influence politique significative exercée à Queen’s Park et dans les milieux politiques ontariens. « Or, dès demain, cette influence sera encore diminuée, quel que soit le parti au pouvoir. Bien que nous parions que ce soit le Parti libéral de l’Ontario – celui du moindre mal –, l’influence franco-ontarienne y sera amoindrie là où ça compte vraiment, au niveau des élus. »

    ——————————————————————————————————-

    Revue de presse de l’AFO pour la semaine
    du 1er au 7 octobre