Acepo L'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario Skip Navigation

Nouvelles

  • Déc132012

    Publication des résultats du Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS)

    Résultats de l’Ontario

    Le 11 décembre 2012, l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) a publié un communiqué afin de présenter les résultats de l’Ontario au Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS) organisé par l’Association internationale pour l’évaluation des acquis scolaires. Ce communiqué annonçait ce qui suit : « Les élèves de l’Ontario ont obtenu des résultats mitigés en lecture, en mathématiques et en sciences lors de tests internationaux. Bien [qu’ils] aient maintenu un niveau de rendement élevé en lecture, ils n’ont réalisé aucun progrès en mathématiques au cours des trois dernières évaluations et la place de la province au classement international du rendement en sciences a accusé un recul. Le nombre d’instances qui participent à ces études étant en perpétuelle augmentation, la place de l’Ontario dans ce classement international stagne, voire perd du terrain. »

    Ce résumé des résultats de l’Ontario est plutôt négatif (sans doute à cause des résultats en mathématiques et en sciences), mais le rapport publié par l’OQRE contient des renseignements nettement plus positifs concernant les résultats en lecture, dont les suivants :

    • En Ontario, 189 écoles (de langue française et de langue anglaise) et 4 561 élèves de 4e année ont participé à l’évaluation. Des données ont été recueillies en quantité suffisante pour permettre d’élaborer un rapport sur le rendement en lecture des élèves de 4e année des deux groupes linguistiques.
    • Le rendement des élèves de 4e année en lecture a été parmi les plus élevés des 58 instances [ayant participé au PIRLS], provinces canadiennes participantes comprises. Seules 5 instances ont obtenu un rendement global en lecture significativement supérieur à celui de l’Ontario.
    • Entre 2001 et 2011, on a remarqué une tendance générale à l’amélioration du rendement des élèves de l’Ontario. Durant cette période, on a observé une amélioration importante en ce qui concerne la note moyenne de rendement global en lecture a) chez les élèves de langue française et b) chez les garçons.
    • Par ailleurs, en 2011, les écarts de rendement entre les garçons et les filles ont été statistiquement significatifs tant chez les élèves de langue anglaise que chez les élèves de langue française.
    • Les notes moyennes des élèves de langue française de l’Ontario étaient statistiquement inférieures à celles de l’ensemble de la province, mais elles se sont grandement améliorées depuis 2001 – une amélioration encore plus marquée que celle des élèves de langue anglaise.
    • Le rendement des élèves de langue anglaise de l’Ontario a été significativement supérieur en lecture de textes littéraires qu’en lecture de textes informatifs. Le rendement des élèves de langue française de l’Ontario a été semblable pour les deux genres de textes.
    • Chez les élèves de langue anglaise, la note moyenne pour les textes littéraires a été plus élevée que la note moyenne pour les textes informatifs. Chez les élèves de langue française, la note moyenne a été sensiblement la même pour les deux genres de textes.
    • Contrairement au résultat international moyen, les résultats des élèves de l’Ontario qui parlaient la langue utilisée dans l’évaluation avant d’entrer à l’école n’ont pas été significativement supérieurs à ceux des élèves qui ne la parlaient pas (557 et 553, respectivement). À l’échelle internationale, en revanche, la différence était de 37 points (516 pour les élèves qui parlaient la langue utilisée dans l’évaluation avant d’entrer à l’école contre 479 pour ceux qui ne la parlaient pas).
    • En Ontario, 36 % des élèves ont indiqué aimer la lecture, un pourcentage supérieur à la moyenne internationale (28 %), et 49 % des élèves de l’Ontario ont indiqué qu’ils aimaient « un peu » la lecture. Pour la première catégorie, la moyenne des notes a été de 577, tandis que pour la seconde elle a été de 543.
    • De même, 40 % des élèves ontariens ont indiqué éprouver un sentiment de confiance à l’égard de leurs capacités en lecture, et chez ces élèves la note moyenne a été de 583; 52 % des élèves ont indiqué éprouver un « certain» sentiment de confiance à l’égard de leurs capacités en lecture, et chez ces élèves la note moyenne a été de 539.
    • Intimidation à l’école : les élèves de l’Ontario qui déclarent être souvent victimes d’intimidation à l’école présentent un handicap de 41 points par rapport à ceux qui déclarent que cela ne leur arrive presque jamais.

    Résultats du Canada

    « Une nouvelle étude internationale montre que le Canada favorise une culture de la littératie à la maison et à l’école. » Tel est le titre du communiqué que le Conseil des ministres de l’Éducation du Canada (CMEC) a publié le 11 décembre 2012 afin de présenter les résultats du Canada au PIRLS. Voici quelques faits saillants du rapport du CMEC :

    • En 2011, le PIRLS a évalué plus de 325 000 élèves de 4e année issus de 45 pays et économies, y compris plus de 23 000 élèves du Canada. Dans l’ensemble, au Canada, les élèves ont obtenu un bon rendement en lecture, en affichant un score de 548, qui est nettement supérieur à la valeur médiane de l’échelle du PIRLS, fixée à 500.
    • Comparativement à la moyenne internationale, les élèves du Canada étaient davantage susceptibles d’atteindre les niveaux les plus élevés en lecture. Au Canada, 13 % des élèves ont atteint le seuil repère international avancé, par rapport à 8 % à l’échelle internationale. Par ailleurs, 51 % des élèves du Canada ont atteint au moins le seuil repère international élevé, par rapport à 44 % à l’échelle internationale.
    • Comme cela a été le cas dans la quasi-totalité des pays ayant participé au PIRLS en 2011, les filles ont affiché un meilleur rendement que les garçons en lecture; toutefois, cet écart entre les sexes était plus petit au Canada que dans la plupart des autres pays.
    • Les systèmes d’éducation du Canada se distinguent sur le plan de l’équité. Au Canada comme dans les autres pays, les écoles fréquentées par une plus grande proportion d’enfants de milieu nanti font état de résultats plus élevés en lecture. Cependant, la différence de scores en lecture entre les écoles fréquentées par une proportion élevée et par une proportion moindre d’enfants de milieu nanti est plus réduite au Canada que dans la plupart des autres pays. Un des facteurs contribuant à ce degré d’équité est que la vaste majorité des écoles mettent fortement ou très fortement l’accent sur la réussite scolaire des élèves.
    • Toutefois, le Canada peut faire mieux. Un nombre important d’enseignantes et d’enseignants déclarent que leur enseignement est affecté par divers facteurs, dont (en ordre décroissant) : le fait que les enfants ne sont pas aussi disposés à apprendre qu’ils devraient l’être lorsqu’ils font leur entrée à l’école; le manque de connaissances et de compétences préalables nécessaires de la part des élèves; le manque de sommeil des élèves; les carences nutritionnelles des élèves.
    • L’environnement linguistique des élèves continue de jouer un rôle dans leur rendement. Les élèves inscrits dans le système scolaire de langue minoritaire francophone ont obtenu des résultats inférieurs à ceux des élèves inscrits dans le système scolaire de langue majoritaire anglophone. D’autres récentes évaluations en lecture pancanadiennes et internationales menées auprès d’élèves plus âgés ont également donné des résultats semblables.

    Le rapport international publié par l’Association internationale pour l’évaluation des acquis scolaires n’est disponible qu’en anglais.