Acepo L'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l'Ontario Skip Navigation

Nouvelles

  • Juin262013

    Publication des données de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 concernant la scolarité

    Le 26 juin 2013, Statistique Canada a rendu publics les résultats de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM), qui remplace le défunt recensement, en ce qui concerne la scolarité.

    Article paru dans Le Quotidien de Statistique Canada

    Scolarité au Canada : niveau de scolarité, domaine d’études et lieu des études

    Le niveau de scolarité des peuples autochtones du Canada

    Voici quelques faits saillants de ces résultats.

    En général, les Canadiens prennent goût aux études. Entre 2006 et 2011, le nombre de Canadiens de 25 à 64 ans possédant un diplôme d’études postsecondaires a bondi de 60,7 % à 64,1 %.

    Or, le taux d’emploi s’accroît avec le niveau de scolarité. En 2011, pas moins de 81,6 % des diplômés universitaires occupaient un emploi, contre 55,8 % pour les travailleurs sans certificat. Le taux d’emploi national s’élevait à 75,3 %.

    Lorsqu’il est question de niveau de scolarité, les filles sont premières de classe. Pas moins de 64,8 % des femmes entre 25 et 64 ans ont complété des études de niveau postsecondaire, comparativement à 63,4 % des hommes. C’est la toute première fois qu’elles surpassent ainsi les hommes.

    La différence est particulièrement prononcée chez les jeunes de 25 à 34 ans. Pas moins de 59,1 % des femmes de ce groupe d’âge ont atteint le baccalauréat, contre 40,9 % des hommes. Chez les diplômés de médecine, la proportion est encore plus frappante, avec 62,2 % de jeunes femmes contre 37,8 % de jeunes hommes. C’est seulement au niveau du doctorat que les hommes de moins de 35 ans sont plus performants que leurs camarades féminines.

    Les Canadiennes ont beau être éduquées, elles continuent de se cantonner dans des professions typiquement féminines. Les professions les plus courantes pour les femmes en 2011 étaient adjointe administrative, infirmière, caissière et enseignante. En comparaison, les hommes occupaient des postes de conducteur de camion, directeur de commerce, charpentier-menuisier et concierge. La vente au détail remportait toutefois la première place dans les professions les plus communes, les deux sexes confondus.

    Si le portrait du niveau de scolarité de la population autochtone s’embellit, les adultes des Premières Nations âgés de 25 à 64 ans demeurent nettement moins nombreux que les non-autochtones à posséder un titre d’études postsecondaires (48,4 % contre 64,7 %).